Michel Ohl

  • Michel Ohl fait la navette entre Gironde et Landes, tramant de ripopée en ripopée l'une des oeuvres les mieux équilibrées de la littérature contemporaine. Entre deux verres, ce fanatique du code postal nous a révélé qu'il était en quête d'un accueillant petit bout d'Ain, où écrire un roman d'aventures métaphysiques : CEPHALO-BILL. Et ses yeux vert nausée lançaient des éclairs... Et se hérissait sa barbe de pope hautain...

  • « Pataphysical baby » sonne comme le titre d'un album de pop music. C'est un mémorial du temps de l'immaturité. Imprégné de littérature comme de l'air qu'on respire, Michel Ohl, d'origine landaise, appartient à la dynastie des Jacques Vaché, Alfred Jarry, Jacques Rigaut, Antonin Artaud. D'une nullité crasse aux jeux de cubes de la tradition, on attend beaucoup de l'originalité de cet écrivain de 26 ans qui signe là son premier livre.

  • C'est ainsi que Michel Ohl parle de ce livre : "Ci-git Chez le libraire en son menu cercueil petit bébé-recueil ! Mon semblable ! Mon Frère !" C'est ainsi que Georges Walter, un de ses fanatiques, parle de lui : "Michel Ohl vit dans les Landes où il naquit il y a trente ans déjà. J'hésite toujours à parler de lui. Crainte que son humour fusille à l'avance toute admiration, crainte d'attenter à la dignité rare de l'écrivain le moins lu de France et de Bigorre. Les journaux l'appelleraient un "least-seller" (pendant honorable de "best-seller"). Tous les automnes, quand paraît le cent habituel des auteurs facultatifs, le seul nom de Michel Ohl déclenche un rire salubre. Tant de renommée qui l'épargne, accroît le beau silence où court sa plume de non-lu." Et à Claude Nougaro le mot de la fin : "Michel Ohl, un habité du verbe. Un Saint du langage."

  • Cocosates

    ,

    « Les textes inédits qui suivent ont été trouvés par le J. S. contemporain parmi ses papiers à la suite d'une des morts - l'égarement de sa conscience - de ce grand initié acharné à toujours renaître. Que le lecteur pardonne les éventuelles erreurs de classement alphabétique ou chronologique de ces deux documents qui, quoi qu'il en soit, gardent séparément toute leur valeur. Il en est de L'Ascension Mystérieuse comme de la correspondance avec Michel Ohl, nul doute qu'ils surprendront l'amateur averti d'aujourd'hui et de demain autant que leur non-publication a surpris et attristé celui d'hier qui par bonheur ignorait leur existence. »

empty