Pascal Marty

  • J'ai ouvert le double-rideau de l'hypocrisie, que l'on appelle l'érotisme, pour laisser entrer la lumière de la pornographie, parce que même les histoires d'amour les plus sucrées ont toujours un cul et une bite. Pascal Marty. Ou Martyr. Comme Angot-angoisse, comme tout le monde, un nom prédisposé, non prédisposé, à la psychanalyse. Et pourtant il la fait, puisque dès qu'on parle, de ça, le sexe. L'origine du mal, des maux, alors, on n'a plus le choix, c'est soi qui sort, l'a-censeur. Qui ne censure plus s'en sort. Guillaume Dustan « John se donne. » Pascal Marty

  • Si la géographie des forêts tient une large place dans le champ de la géographie de la végétation, la question de la forêt privée reste, paradoxalement, assez peu étudiée. L'espace forestier français occupe environ 26 % du territoire et se compose de près de 70 % de forêts privées. La question des dynamiques spatiales en forêt privée ne peut donc pas être déconnectée du mode d'appropriation de l'espace. La connaissance du rôle des modes d'appropriation dans les dynamiques de la végétation et les modifications de l'espace forestier a un intérêt tant sur le plan fondamental (production de l'espace) que sur le plan appliqué (gestion de la forêt privée). L'objectif de cet ouvrage est de proposer, autour des notions de production de l'espace et d'appropriation, une interprétation des dynamiques de la végétation en forêt qui prenne en compte le versant naturel et le versant social de la forêt privée.

  • Bien que l'expression, apparue dans les années 1980, soit passée dans le vocabulaire courant, le développement durable reste une notion paradoxale, aux contours flous et largement controversée. Cependant, la nécessité de l'introduire aujourd'hui dans un ensemble de dispositifs et de cadres normatifs publics et privés suscite une demande croissante d'évaluation des actions et des mesures prises ; c'est ce que les auteurs de cet ouvrage ont tenté de réaliser ici à partir de trois démarches. La première consiste à définir un contenu propre au développement durable : quelle est sa spécificité, quel rapport entretient-il avec la croissance et la pauvreté, se situe-t-il sur du long terme ? La deuxième démarche l'appréhende comme un contenant, à savoir un ensemble de problématiques (biodiversité, changement climatique...) auxquelles il convient de répondre si l'on veut assurer la durabilité des dynamiques socioéconomiques et écologiques. La troisième est une démarche dite procédurale : on ne sait pas très bien définir a priori le développement durable, les principes et procédures de décision mis en oeuvre (principe de précaution, principe de participation, etc.) nous mettront donc sur sa trajectoire.
    Cet ouvrage, destiné aux chercheurs et aux décideurs, rassemble des contributions qui analysent à partir de ces approches les différentes conceptions de l'évaluation de la durabilité.

empty