Éditions Actes Sud

  • Ce livre propose pour la première fois de retracer l'histoire de l'iconophagie depuis l'Antiquité jusqu'à nos jours selon une approche pluridisciplinaire mêlant histoire de l'art, anthropologie, histoire culturelle et matérielle, histoire du corps et histoire des sens. En effet, les images n'ont pas toujours été vouées à la vue, elles ont également pu être incorporées, bues ou mangées pour se protéger, se soigner, entrer en relation avec le divin ou encore constituer des communautés. Songeons, entre autres exemples, à cette hostie portant une représentation du Christ et des Apôtres, à cette Vierge allaitant en pain d'épices, à cette statue de Marie qui, pourvue d'un tuyau au niveau de la poitrine, pouvait "miraculeusement" faire couler du lait et abreuver le fidèle, ou encore à toutes ces représentations nous montrant des hommes, des femmes ou des enfants absorbant ou mangeant à pleines dents des images sacrées comme sucrées.
    Fidèle aux principes de la collection "Les apparences", Jérémie Koering propose d'analyser les enjeux culturels et les imaginaires qui traversent l'ingestion de ces images. Tout en s'inscrivant dans le champ de l'histoire de l'art et de l'anthropologie, cet ouvrage ouvre un pan encore inexploré de l'histoire de l'art. Cette étude inédite n'a, par conséquent, aucun équivalent éditorial en sciences humaines.

  • Grand Prix à Cannes avec Le Regard d'Ulysse en 1995, puis Palme d'or en 1998 avec L'Éternité et un jour, il marque le cinéma mondial par sa sensibilité à filmer l'histoire des hommes à travers celle de son peuple. L'intime devient l'universel dans ses oeuvres qui portent l'empreinte du temps.
    Dans cet ouvrage, qui reprend ses entretiens avec l'écrivain Yorgos Archimandritis diffusés sur France Culture en 2009, le cinéaste y raconte son enfance durant la Seconde Guerre mondiale, sa découverte de la poésie avant celle du cinéma, le putsch des généraux en Grèce et son exil en France alors qu'il était encore étudiant. Il évoque sa relation avec tous les arts, dont la musique, la peinture et la littérature, ainsi que son rapport au voyage dans l'espace et dans le temps, qui est pour lui une façon de trouver une paix intérieure et des réponses à toutes les questions existentielles de l'homme.

  • Pierre Lhomme, chef opérateur français emblématique du cinéma français à partir des années 1960, était un magicien de la lumière naturelle. Il a travaillé avec les plus grands réalisateurs, d'Alain Cavalier, à Jean-Paul Rappeneau, Chris Marker, Claude Miller, James Ivory, Jacques Doillon, William Klein, Marguerite Duras...
    Ce livre, entrepris avec Pierre Lhomme avant son décès en juillet 2019, rend à la fois hommage à l'homme, à son oeuvre mais aussi au travail des chefs opérateurs qui savent donner de la réalité à ce que le réalisateur a imaginé, qui transforment des idées en images. Les Lumières de Lhomme est un livre sur un artiste, un formidable témoignage sur la fabrique du cinéma et de cette nouvelle génération de cinéastes née dans les soubresauts de mai 1968.

  • "D'autres pourraient proposer des récits différents, et j'aimerais qu'avec leurs connaissances, l'intersection de leur vie avec celle d'Azzedine, dont il avait su discerner bien avant tout autre combien elle serait fructueuse, ils écrivent une pièce de la Vie Alaïa. Mon métier d'historien m'a appris que, si l'on croit en la biographie, une personne, quand elle meurt, est à jamais inconnaissable en elle-même - si tant est que l'on puisse jamais connaître quiconque -, surtout si elle n'a laissé aucun discours, pas de mémoires. Azzedine, climatique, couturier, ne l'a pas fait. J'ai ici rassemblé quelques pièces, en témoin. L'inventaire de la Fondation, complet de tout y compris du plus modeste, permettra de compléter, d'en dire davantage sur cette vie au nom d'un homme qui la donna à toutes." Donatien Grau

  • Suite à un deuil qui met le chaos dans sa vie et sa famille, Véronique Le Normand est soignée par un médecin qui l'initie à l'art ancestral japonais d'harmonisation des énergies, le Jin Shin Jytsu, redécouvert en 1900 par Jirô Murai.  En 2017, elle entame un voyage au Japon sur les traces de ce grand maître. Elle en revient avec un récit très personnel, maillé de connaissances littéraires, historiques et cinématographiques, qui établit des liens entre cet art millénaire d'auto-guérison et habitudes de vie des Japonais.
    Ce livre, premier ouvrage abordant l'histoire et la pratique du Jin Shin Jyutsu en France est une introduction pour tous ceux qui sont en recherche d'une nouvelle méthode pour soigner et aider, sans risque et sans médicament.

  • À travers un kaléidoscope de sensations, de correspondances et d'images, en une sarabande fièvreuse propice à une introspection mystique, Macha Makeïeff traverse les moments de la création au théâtre, la destinée d'une petite fille irréductible, son enfance surtout.

  • Les cosmogonies - mythes de création du monde - n'ont jamais cessé d'accompagner l'histoire de l'humanité. Mais parce que l'investigation sur les origines fut l'un des leitmotivs de la pensée des XVe et XVIe siècles, nulle autre époque plus que la Renaissance n'a su en mesurer les enjeux anthropologiques, philosophiques et artistiques. À partir des oeuvres de Ghiberti, Mantegna, Bosch, Michel-Ange, Raphaël, Parmigianino, Bandinelli, Salviati, Tintoret, Véronèse, Goltzius, El Greco ou encore Caravage, Florian Métral guide le lecteur dans l'exploration d'un imaginaire qui a façonné notre modernité.

  • L'ouvrage retrace le parcours de la chorégraphe franco-algérienne Nacera Belaza (1969), venue à la danse en autodidacte et aujourd'hui présente sur la scène internationale et dans de nombreux festivals internationaux en France. Le livre engage une réflexion sur le geste dansé et sur la puissance du vide comme sculpture du vivant.

  • Cet ouvrage est consacré à un thème central de l'histoire de l'art occidental : la vision (visions béatiques et apparitions miraculeuses). L'auteur, qui s'attache principalement à la peinture italienne du XVIe siècle, vient combler une importante lacune, d'autant que l'originalité de son approche permet de renouveler notre perception de l'art de peindre à la Renaissance. En analysant les artifices picturaux et les solutions figuratives mis au point par les artistes pour représenter la vision miraculeuse et en les mettant en relation avec les enjeux théologiques, philosophiques, politiques et, plus généralement, culturels de la Renaissance, l'auteur offre au lecteur l'occasion de saisir toute la force spirituelle et réflexive de cette peinture.

  • Dans l'alchimie de son imaginaire, une trentaine d'oeuvres picturales de Henry Bauchau et en regard, des poèmes ou fragments qui leur font écho.

  • Le travail de Francesca Alberti montre la centralité du rire dans l'art du XVIe siècle, y compris dans les genres considérés comme sérieux, telles la fable mythologique et l'histoire religieuse. Les ressorts comiques de ces images, devenus pour la plupart inaccessibles à l'oeil contemporain, exigent un travail historique et anthropologique. Cet ouvrage, le premier dédié à la question, tant à l'échelle nationale qu'internationale, a pour ambition d'offrir un cadre théorique solide permettant d'appréhender les dimensions facétieuses des oeuvres en en dévoilant les enjeux et les fonctions. Il se distingue par son approche pluridisciplinaire mêlant à l'histoire de l'art, l'anthropologie, l'histoire des religions, l'histoire de la littérature et l'histoire de la médecine. Par l'ampleur des connaissances convoquées, il renouvelle la perception de l'art de la Renaissance.
    La collection "Les Apparences" est dirigée par Jérémie Koering.

  • Bien que constituant un ensemble majeur de l'histoire de l'art italien de la Renaissance, les décors du palais ducal de Mantoue réalisés au cours du XVIesiècle n'ont jamais fait l'objet d'une analyse globale. L'ouvrage vise à éclairer la production de ces grands décors mantouans en envisageant tour à tour le rôle de l'ornement dans la définition de l'espace palatial comme écrin de la magnificence des Gonzague, les relations entre iconographie et pensée politique, l'analyse des langages (poétique, rhétorique, didactique) mis au point par les auteurs d'inventions (Mario Equicola, Benedetto Lampridio, Teodoro Sangiorgio...) et les artistes (Lorenzo Leonbruno, Giulio Romano, Titien, Tintoret, Gioavan-Battista Bertani, Lorenzo Costa il Giovane...), enfin les modalités de réception et de compréhension de ces décors par l'analyse d'une pratique récurrente au XVIesiècle, celle des visites commentées du palais.

empty