Beauchesne Éditeur

  • ESPAGNE

    Collectif

    OEuvre monumentale, parue de 1932 à 1995, voici donc Le Dictionnaire de Spiritualité enfin publié intégralement de A jusqu'à Z, avec un index particulièrement utile. A beaucoup de points de vue, c'était un défi. Le pari a été tenu. On peut même dire que les fruits dépassent le projet primitif, car très vite les perspectives du début ont été amplifiées et précisées. Dans les années 30, lancer l'idée et assurer la réalisation d'un tel dictionnaire pouvait paraître, face au bloc solide du dogme catholique, une entreprise marginale concernant les techniques de prière, les états mystiques et les divers phénomènes qui parfois les accompagnent... A cette époque, la réflexion chrétienne, encadrée et limitée par une théologie dogmatique, en grande partie déductive et obligatoire, avait besoin d'un nouveau souffle. Voici que la spiritualité, fondée en même temps sur l'expérience et sur la liberté qui président à l'invention des divers chemins conduisant à Dieu, renouvelait toutes les questions... Cette révolution tranquille s'est faite lentement, sans bruit, sans excès. A sa place, avec d'autres éléments similaires, elle a préparé l'éclosion irrésistible de Vatican II ; et aujourd'hui, patiemment, elle aide à bien comprendre l'originalité et le dynamisme de ce concile... Des milliers de collaborateurs, provenant du monde entier et de tous les horizons, ont contribué à faire de ce Dictionnaire ce qu'il est : particulièrement utile à tous ceux qui veulent mieux connaître les auteurs spirituels de divers pays, suivre l'évolution des mentalités, des institutions, des grandes notions fondamentales... et plein d'intérêt pour tous les curieux. Ainsi s'est-il répandu à travers le monde entier et dans tous les milieux.

  • FRANCE

    Collectif

    OEuvre monumentale, parue de 1932 à 1995, voici donc Le Dictionnaire de Spiritualité enfin publié intégralement de A jusqu'à Z, avec un index particulièrement utile. A beaucoup de points de vue, c'était un défi. Le pari a été tenu. On peut même dire que les fruits dépassent le projet primitif, car très vite les perspectives du début ont été amplifiées et précisées. Dans les années 30, lancer l'idée et assurer la réalisation d'un tel dictionnaire pouvait paraître, face au bloc solide du dogme catholique, une entreprise marginale concernant les techniques de prière, les états mystiques et les divers phénomènes qui parfois les accompagnent... A cette époque, la réflexion chrétienne, encadrée et limitée par une théologie dogmatique, en grande partie déductive et obligatoire, avait besoin d'un nouveau souffle. Voici que la spiritualité, fondée en même temps sur l'expérience et sur la liberté qui président à l'invention des divers chemins conduisant à Dieu, renouvelait toutes les questions... Cette révolution tranquille s'est faite lentement, sans bruit, sans excès. A sa place, avec d'autres éléments similaires, elle a préparé l'éclosion irrésistible de Vatican II ; et aujourd'hui, patiemment, elle aide à bien comprendre l'originalité et le dynamisme de ce concile... Des milliers de collaborateurs, provenant du monde entier et de tous les horizons, ont contribué à faire de ce Dictionnaire ce qu'il est : particulièrement utile à tous ceux qui veulent mieux connaître les auteurs spirituels de divers pays, suivre l'évolution des mentalités, des institutions, des grandes notions fondamentales... et plein d'intérêt pour tous les curieux. Ainsi s'est-il répandu à travers le monde entier et dans tous les milieux.

  • ESPRIT SAINT

    Collectif

    OEuvre monumentale, parue de 1932 à 1995, voici donc Le Dictionnaire de Spiritualité enfin publié intégralement de A jusqu'à Z, avec un index particulièrement utile. A beaucoup de points de vue, c'était un défi. Le pari a été tenu. On peut même dire que les fruits dépassent le projet primitif, car très vite les perspectives du début ont été amplifiées et précisées. Dans les années 30, lancer l'idée et assurer la réalisation d'un tel dictionnaire pouvait paraître, face au bloc solide du dogme catholique, une entreprise marginale concernant les techniques de prière, les états mystiques et les divers phénomènes qui parfois les accompagnent... A cette époque, la réflexion chrétienne, encadrée et limitée par une théologie dogmatique, en grande partie déductive et obligatoire, avait besoin d'un nouveau souffle. Voici que la spiritualité, fondée en même temps sur l'expérience et sur la liberté qui président à l'invention des divers chemins conduisant à Dieu, renouvelait toutes les questions... Cette révolution tranquille s'est faite lentement, sans bruit, sans excès. A sa place, avec d'autres éléments similaires, elle a préparé l'éclosion irrésistible de Vatican II ; et aujourd'hui, patiemment, elle aide à bien comprendre l'originalité et le dynamisme de ce concile... Des milliers de collaborateurs, provenant du monde entier et de tous les horizons, ont contribué à faire de ce Dictionnaire ce qu'il est : particulièrement utile à tous ceux qui veulent mieux connaître les auteurs spirituels de divers pays, suivre l'évolution des mentalités, des institutions, des grandes notions fondamentales... et plein d'intérêt pour tous les curieux. Ainsi s'est-il répandu à travers le monde entier et dans tous les milieux.

  • ITALIE

    Collectif

    OEuvre monumentale, parue de 1932 à 1995, voici donc Le Dictionnaire de Spiritualité enfin publié intégralement de A jusqu'à Z, avec un index particulièrement utile. A beaucoup de points de vue, c'était un défi. Le pari a été tenu. On peut même dire que les fruits dépassent le projet primitif, car très vite les perspectives du début ont été amplifiées et précisées. Dans les années 30, lancer l'idée et assurer la réalisation d'un tel dictionnaire pouvait paraître, face au bloc solide du dogme catholique, une entreprise marginale concernant les techniques de prière, les états mystiques et les divers phénomènes qui parfois les accompagnent... A cette époque, la réflexion chrétienne, encadrée et limitée par une théologie dogmatique, en grande partie déductive et obligatoire, avait besoin d'un nouveau souffle. Voici que la spiritualité, fondée en même temps sur l'expérience et sur la liberté qui président à l'invention des divers chemins conduisant à Dieu, renouvelait toutes les questions... Cette révolution tranquille s'est faite lentement, sans bruit, sans excès. A sa place, avec d'autres éléments similaires, elle a préparé l'éclosion irrésistible de Vatican II ; et aujourd'hui, patiemment, elle aide à bien comprendre l'originalité et le dynamisme de ce concile... Des milliers de collaborateurs, provenant du monde entier et de tous les horizons, ont contribué à faire de ce Dictionnaire ce qu'il est : particulièrement utile à tous ceux qui veulent mieux connaître les auteurs spirituels de divers pays, suivre l'évolution des mentalités, des institutions, des grandes notions fondamentales... et plein d'intérêt pour tous les curieux. Ainsi s'est-il répandu à travers le monde entier et dans tous les milieux.

  • C'est en prêchant une retraite en 1985 à la communauté des moines de Soligny que j'ai découvert l'existence de Gabrielle Bossis. J'ai été très étonné d'apprendre que, pour faire oraison, des trappistes trouvaient grand profit à lire et à relire les messages personnels que Jésus adressa pendant quatorze ans à cette actrice qui, à quarante-neuf ans, sur la suggestion de son curé, s'était mise à jouer avec beaucoup de succès, à travers le monde, des comédies dont elle composait le texte et la mise en scène et dont elle confectionnait les costumes et les décors.
    Et voici qu'en lisant ces comédies, je me suis aperçu qu'elle glissait régulièrement dans les réparties de ses personnages des paroles de Thérèse dont elle voulait diffuser la spiritualité. Et, dans les messages qu'elle reçoit à partir de 1936, Jésus lui demande de vivre de beaucoup plus près sa « Petite Voie ».
    Il nous semble donc intéressant de voir comment Jésus demande à une femme très engagée dans le monde de vivre jour après jour un profond coeur à coeur avec Lui, à l'école de la petite Thérèse. Jésus lui dit d'ailleurs explicitement : si s'Il l'a choisie comme confidente, c'est pour montrer à tous ceux et à toutes celles qui méditeront ces messages, qu'il est possible de vivre une très grande familiarité avec Moi sur les planches ou dans les coulisses d'un théâtre comme dans l'obscurité d'un carmel.

  • Extrait

    1. — 17 mars 1938. Après la communion. J’étais en esprit au pied de la Croix. Il m’a dit : « Tu vois, Mes pieds ne pourront plus jamais marcher sur la terre, Eux qui ont eu le pouvoir de marcher sur les eaux.
    « J’ai rempli vos désirs, et Je laisse Mes veines se vider de tout leur sang. C’est que J’ai mis toute ma volonté à souffrir. »
     
    2. — 18 mars, dans le train de Paris à Vesoul, je regardais un petit clocher dans la campagne. De là, Il m’a dit : « Tu es dans ta Patrie en tous lieux, puisque Je suis partout, t’attendant. »
     
    3. — 21 mars. Vesoul. Après la communion, j’honorais Sa Sainte Face d’une couronne de baisers aux trous des épines, d’un collier de réparations et de compassions. Il m’a dit : « Maintenant, rends hommage à Ma Volonté, à Ma Mémoire, à Mon Entendement, à tout ce que tu sais qui peut souffrir dans les facultés de l’homme.
    « Rappelle-toi surtout Ma délicatesse, plus grande que celle des autres hommes. »
     
    4. — 23 mars. Le Fresne. Dans le printemps des cerisiers en bouquet, je plantais des fleurs et Lui disais gaiment : « Je Te donne mon cœur et tout ce qu’il y a dedans. » Il m’a répondu : « Les saluts que tu M’adresses, Je te les rends en mêmes termes, mais en Dieu », signifiant que je recevais plus que je ne donnais.
    Au milieu des arbres fruitiers en fleurs blanches, au-dessus de la Loire bleue ponctuée de mouettes, je Le célébrais de Sa Puissance. Il m’a dit : « Tout ce qui est à Moi est à toi », me rappelant que tout ce qui est à Son Père est à Lui.
     
    5. — 24 mars. Saint-Gabriel. 5 h. 30, chemin de la Croix, au dépouillement de Ses vêtements. Il m’a montré : « Mon Église est en ce moment dépouillée de ses chrétiens, en Russie, Allemagne, Mexique et autres. Offre-Moi au Père, offre-Moi dépouillé. »
     
    6. — 26 mars. Pendant que je me coiffais, je cherchais des mots affectueux. Il m’a dit : « Jamais tu ne me donneras des noms trop chargés d’amour ! »
    Dans le train pour Rennes. — « Montre ce qu’est la paix d’un cœur qui vit appuyé sur le Cœur de son Dieu. »
    « Fais plus souvent des actes de confiance. Confiance ! »
     
    7. — 28 mars. Dans le train, de Combourg à Nantes, tandis que je cherchais, avec l’aide de la Sainte Vierge, à panser avec amour les trous de Son Front : « Tu Me fais du bien. »
    Influence. « Commence à semer. Je ferai le reste. Mais commence… »
     
    8. — 29 mars. Le Fresne. Après la communion, je Lui disais : « Offrez-moi à Votre Père. » Il m’a reprise délicatement : « Notre Père », et m’a montré qu’Il partageait même Son Père avec nous.



  • Extrait

    16 novembre 1944. — « Apprends de Ma Miséricorde qu’à mesure que les âmes profiteront de tes écrits, tu seras toi-même comblée de joies dans les mêmes proportions.
    « Et chaque lecteur sera favorisé de la même Grâce.
    « Tous ne formeront qu’une famille dont les membres sont solidaires : la Famille de Mes amis intimes.
    1. — 22 août 1936. Sur le paquebot. — Pendant le concert classique, je Lui o0rais en gerbe» les sons et la douceur qui en sortait. Il m'a dit tout doucement, comme une fois : « Ma petite Fille. »
    2. — 23 août. — On a fait un autel sur le piano, je pensais aux goélands, aux avions qui viennent se poser sur les paquebots: « Cette fois, c’est le Christ. »
    3. — Je disais au milieu du roulis : « Vous savez bien que tout est pour Vous, alors, je ne Vous le dis pas. » Lui : « Il faut Me le dire parce que J’aim« l’entendre. « Dis-le Moi souvent : quand tu sais que quelqu’un t’aime, tu es contente qu’on te le dise. »
    4. — 24 septembre. Canada. — La chapelle est à la porte de ma chambre, à chaque fois que je passe, je Lui souris. Il m’a dit : « Souris h tous. J’attacherai une Grâce à ton sourire. »



  • Table des matières
    Liste des abréviations
    Introduction
    Ire Partie. — LE DÉPLOIEMENT DU MONACHISME PALESTINIEN
    Chapitre I. — SAINT EUTHYME : ANACHORÈSE ET FONDATION
    I. Le moine — une créature nouvelle
    II. Chalcédoine et les premières luttes pour l'orthodoxie
    Chapitre II. — SAINT SABAS. LE DÉSERT : UNE CITÉ
    I. L'obéissance comme insertion dans l'oeuvre de Dieu.
    II. L'hénotique : politique impériale et orthodoxie s'affrontent
    III. Triomphe de l'orthodoxie en Palestine
    IV. Rome et l'Orient
    Chapitre III. — LES HAGIOGRAPHES : HÉRITAGE ET ANAMNÈSE
    IIe Partie. — SAINT SOPHRONE : VIE, ŒUVRES, THÉOLOGIE
    Chapitre I. — LA VIE DE SAINT SOPHRONE DE JÉRUSALEM
    I. Jeunesse et vie monastique
    1. Les études. Damas et Alexandrie
    2. Entrée dans la vie monastique
    /> 3. Deuxième voyage en Égypte
    II. Le Patriarche
    1. Le séjour en Afrique
    2. Le combat pour la foi
    3. Patriarche de Jérusalem
    a) Troubles monothélites en Palestine
    b) La montée dei Islam
    c) Jérusalem et Rome
    d) La chute de Jérusalem
    Chapitre II. — LES ŒUVRES DE SAINT SOPHRONE
    I. Les écrits authentiques
    1. Œuvres dogmatiques
    2. Les sermons
    3. Œuvres hagiographiques
    4. L'Œuvre poétique
    5. Les compositions liturgiques
    II. Les oeuvres contestées
    1. Œuvres dogmatiques
    2. Sermons
    3. Œuvres hagiographiques
    4. Œuvres liturgiques et canoniques
    5. Œuvres philosophiques et grammaticales
    III. Œuvres inauthentiques
    1. Sermons et oeuvres hagiographiques
    2. Œuvres liturgiques
    Chapitre III. — LA THÉOLOGIE DE SAINT SOPHRONE
    I. LE CONSEIL TRINITAIRE COMME SOURCE DU DESSEIN DE L'ÉCONOMIE
    1. La « théologie »
    2. Création et Vocation
    II . L'ÉCONOMIE DU FILS
    1. La Deësis — théologie et adoration
    2. La « voie royale » de l'orthodoxie
    3. Les vivifiantes souffrances du Christ : La réponse au monoénergisme
    III. LA DIVINISATION PAR « SYNERGIE »
    1. L'union hypostatique et l'union des saints
    2. « La belle course de la vie nouvelle »
    3. « Imitateurs du Christ »
    APPENDICE I : Sophrone le sophiste — Sophrone le patriarche
    La question de leur identité
    APPENDICE II : Prologue anonyme au livre du « nouveau paradis », appelé aussi « le pré »
    BIBLIOGRAPHIE GÉNÉRALE
    Index :
    I. Index des mots grecs
    II. Index des noms anciens
    III. Index des auteurs modernes

  • Table des matières

    Abréviations
    Avant-propos
    Un itinéraire biographique croisé
    Première partie : Leoš Janácek
    1. Les précurseurs du chant populaire : František Sušil (1804-1868) et Karel Pavel Krízkovský (1820-1885)
    2. Její pastorkyna (1894/1904)
    3. Príhody Lišky Bystroušky (« L’Histoire de la Petite Renarde rusée ») (1921/24)
    Deuxième partie : Jean Sibelius
    4. Les sources du Kalevala. Le collecteur Elias Lönnrot (1802-1884)
    5. Pohjolan tytär (« La Fille de Pohjola »), op. 49 (1906)
    6. Le cycle de Lemminkäinen, Lemminkäis-sarja, op. 22 (1893/1939)
    Troisième partie : Ralph Vaughan Williams
    7. Le folk-song et le concept de National Music
    8. John Bunyan (1628-1688) et The Pilgrim’s Progress (1678/84)
    9. The Pilgrim’s Progress mis en musique par Vaughan Williams
    Conclusion
    Dictionnaire biographique
    /> Bibliographie
    Index des noms



  • Extrait
    Abréviations utilisées
    Introduction
    Une situation paradoxale
    L’art général des conjectures : un discours de la méthode
    Une méthode individualisée
    Le concept de conjecture
    Les principes et les règles de la méthode
    Plan de l’oeuvre
    Premier livre
    Second livre
    Note sur la traduction
    LES CONJECTURES
    [Première Partie]
    [Prologue]
    Chapitre 1. L’origine des conjectures
    Chapitre 2. Le nombre est l’exemplaire symbolique des choses
    Chapitre 3. La progression naturelle
    Chapitre 4. Les quatre unités
    Chapitre 5. La première unité
    Chapitre 6. La deuxième unité
    Chapitre 7. La troisième unité
    Chapitre 8. La dernière unité
    Chapitre 9. Unité et altérité
    Chapitre 10. Explication
    Chapitre 11. [Participation]
    Chapitre 12. Les trois mondes
    Chapitre 13. Les trois distinctions trines
    [Deuxième Partie]
    [Prologue]
    Chapitre 1. [De la racine profonde de toutes les recherches scientifiques]
    Chapitre 2. [Suite]
    Chapitre 3. Différence et concordance
    Chapitre 4. Les éléments
    Chapitre 5. Élément et composé élémentaire
    Chapitre 6. Éclaircissement
    Chapitre 7. Le sénaire, le septénaire et le dénaire
    Chapitre 8. La différence des individus
    Chapitre 9. Les différences des modes d’être
    Chapitre 10. Les différences des composés d’âmes et de corps
    Chapitre 11. La vie
    Chapitre 12. Nature et art
    Chapitre 13. La nature de l’intellectuel
    Chapitre 14. L’homme
    Chapitre 15. [Concordance et différence des hommes entre eux]
    Chapitre 16. De l’âme humaine
    Chapitre 17. De la connaissance de soi
    Glossaire
    Bibliographie
    Table des figures
    Index des citations bibliques
    Index des notions
    Index des noms

  • Table des matières

    Avant-propos
    INTRODUCTION
    Portraits croisés
    Esquisse d’une vocation
    Une expérience de vie contemplative
    Un témoin de son temps
    CORRESPONDANCES
    LETTRES À STANISLAS FUMET (1924 et 1958-1979)
    Non datée, avant 1924
    Rome, 19 décembre 1958
    Rome, 9 janvier 1963
    Rome, 7 novembre 1966
    Rome, Immaculée Conception 1967
    Rome, 30 décembre 1972
    Rome, lundi de Pâques 1972
    Rome, 29 juillet 1978 70
    Lettre de la soeur de Dom Jean-Baptiste Porion, 3 janvier
    1979
    LETTRES À GEORGES BORGEAUD
    (1930-1944)
    Valsainte, 6 septembre 1930
    Valsainte, 9 mars 1932
    Valsainte, 4 août 1932
    Valsainte, 21 juillet 1933
    Valsainte, 18 août 1933
    Valsainte, 8 septembre 1933
    Valsainte, 9 septembre 1933
    Valsainte, 25 mars 1933
    Valsainte, 15 octobre 1933
    Valsainte, 11 mars 1934
    Valsainte, 11 décembre 1935
    Valsainte, 22 février 1938
    Valsainte, 10 mai 1938
    Valsainte, 22 mai 1938
    Valsainte, 8 septembre 1938
    Valsainte, 14 septembre 1940
    Valsainte, 14 août 1941
    Valsainte, 10 octobre 1941
    Valsainte, 6 décembre 1941
    Valsainte, 25 octobre 1942
    Valsainte, 29 octobre 1942
    Valsainte, 25 novembre 1942
    Valsainte, 28 novembre 1942
    Valsainte, Noël 1942
    Valsainte, 20 janvier 1943
    Valsainte, 21 juillet 1943
    Valsainte, 7 août 1943
    Valsainte, 20 août 1943
    Valsainte, 5 septembre 1943
    Valsainte, 14 octobre 1943
    Valsainte, 10 novembre 1943
    Valsainte, 28 mai 1944
    LETTRES À ANGÈLE DERADKOWSKI ET À SON MARI
    GEORGES-HUBERT DERADKOWSKI (1949-1982)
    Rome, 6 juillet 1949
    Rome, 29 juin 1963
    Rome, 31 décembre 1966
    Rome, 9 mai 1967
    Rome, 15 octobre 1967
    Rome, 25 octobre 1967 118
    Rome, 6 juillet 1968
    Rome, 7 mars 1977
    Rome, 5 septembre 1978
    Rome, 26 février 1980
    Rome, 29 juin 1980
    La Valsainte, 29 juin 1982
    « Naïvisme première liberté »
    LETTRES À L’ABBÉ CHARLES JOURNET (1941-1969)
    Interview de Dom Jean-Baptiste Porion, 13 novembre 1976
    Valsainte, 2 août 1941
    Valsainte, 3 décembre 1941
    Valsainte, 12 août 1942
    Valsainte, 29 octobre 1942
    Valsainte, 13 octobre 1943
    Valsainte, [14 octobre 1943]
    Valsainte, 20 octobre 1943
    Valsainte, 30 décembre 1943
    Valsainte, Saint-Étienne 1943
    Valsainte, 11 octobre 1944
    Valsainte, 15 novembre 1944
    Valsainte, 26 octobre 1948
    Valsainte, 6 novembre 1948
    Valsainte, 8 novembre 1948
    Rome, 12 novembre 1948
    Rome, 19 novembre 1948
    Rome, 23 mars 1949
    Rome, 12 décembre 1949
    Rome (?), 13 décembre 1949
    Rome, 30 décembre 1949
    Rome, 30 mars 1950
    Rome, 17 septembre 1950
    Rome, 11 octobre 1950
    Rome, 27 octobre 1950
    Rome, 14 mars 1951
    Rome, 30 mars 1954
    Rome, 17 février 1955
    Rome, 21 juin 1955
    Rome, 12 juillet 1955
    Rome, 18 juillet 1955
    Rome, 15 avril 1959
    Rome, 16 septembre 1961
    Rome, 1er octobre 1961
    Rome, 10 décembre 1962
    Rome, lundi de Pâques 1963
    Rome, Pentecôte 1963
    Rome, 8 octobre 1963
    Rome, 26 janvier 1965
    Rome, 30 septembre 1965, suivie de la lettre du Prieur de la Grande-Chartreuse à Mgr Ancel et du « Texte concernant les contemplatifs » (22 septembre 1965)
    Rome, 10 octobre 1965
    Rome, 14 octobre 1965
    Rome, 10 décembre 1965
    Rome, 20 décembre 1965
    Rome, 19 mai 1966
    Rome, le 20 juillet 1967
    Rome, Sainte-Anne, 26 juillet 1967
    Rome, 6 août 1967
    Rome, 3 juin 1969
    Lettre non datée
    Note de lecture
    LETTRES À JACQUESMARITAIN ET À RAÏSSA MARITAIN (1937-1971)
    Lettres à Jacques Maritain
    13 avril 1937
    [8 août 1938]
    28 avril 1939
    6 juillet 1939
    Rome, 7 mai 1965
    16 mai 1965 (réponse de Jacques Maritain à Dom Jean-Baptiste Porion)
    Rome, 27 novembre 1966
    Rome, 29 janvier 1971
    Lettres à Raïssa Maritain
    Rome, 26 juin 1947
    1er janvier 1948
    Rome, Fête-Dieu 1948
    Rome, 22 janvier 1949
    Rome, 9 mars 1951
    LETTRES À GEORGES CATTAUI (1941-1968)
    Valsainte, 7 mars 1941
    Valsainte, 17 octobre 1945
    12 juillet 1947
    Rome, 16 août 1947
    Rome, 9 février 1950
    Rome, 3 avril 1960
    Rome, 22 février 1962
    Rome, 28 juin 1965
    Rome, 6 juillet 1968
    CORRESPONDANCE AVEC BERNARD ET GENEVIÈVE ANTHONIOZ (1949-1982)
    Rome, 1er novembre 1949
    Rome, 20 décembre 1967
    Rome, 26 juillet 1968
    Rome, 9 août 1974
    Rome, 11 mai 1975
    Rome, 26 octobre 1976
    Rome, 6 avril 1977
    Valsainte, 7 janvier 1982
    Valsainte, 8 janvier 1982, lettre de Dom Nicolas Barras
    Valsainte, 29 avril 1985, lettre de Dom Nicolas Barras
    Valsainte, 18 octobre 1985, lettre de Dom Nicolas Barras
    LETTRES À UNE CARMÉLITE DE ROME (1956-1972)
    Rome, 17 novembre 1956
    Rome, 30 janvier 1957
    Rome, 16 février 1957
    Rome, 18 juin 1957
    Rome, 21 juillet 1957
    Rome, 28 décembre 1957
    Rome, 6 mars 1958
    Rome, 19 août 1958
    Rome, 24 août 1958
    Rome, 4 mars 1959
    Rome, 27 mai 1959
    Rome, 14 juillet 1959
    Rome, 1er janvier 1960
    Rome, 6 mars 1960
    Rome, 24 juin 1960
    Rome, 20 août 1960
    Rome, Noël 1960
    Rome, 12 juillet 1961
    Rome, 1er janvier 1962
    Rome, 12 juin 1962
    Rome, 5 janvier 1963
    Rome, fête de la Sainte-Trinité 1963
    Rome, 25 juillet 1964
    Rome, 6 décembre 1964
    Rome, 7 novembre 1966
    Rome, 31 décembre 1969
    Rome, 5 mai 1972
    CORRESPONDANCE AVEC DOM GVD, MOINE CHARTREUX (1957-1986)
    GVD, mars 1957
    JBP, Pentecôte 1957
    JBP, 21 septembre 1957
    JBP, 6 octobre 1957
    JBP, 19 octobre 1957
    JBP, 25 juillet 1960
    JBP, Ascension 1961
    JBP, 25 juillet 1961
    JBP, 2 septembre 1961
    JBP, 19 septembre 1961
    JBP, 30 janvier 1963
    GVD, 28 février 1963
    JPB, 19 août 1963
    JPB, 12 septembre 1963
    GVD, 5 mai 1964
    JBP, 18 mai 1964
    JBP, 9 avril 1965 352
    JBP, 30 avril 1965
    JBP, 18 août 1965
    JBP, 29 août 1965
    JBP, 3 septembre 1965
    JBP, 29 octobre 1965
    JBP, 31 octobre 1965
    GVD, 15 novembre 1965
    JBP, 30 novembre 1965
    JBP, 4 mai 1966
    JBP, 29 juillet 1966
    « Réflexions sur la conférence de R. P. Schillebeeckx » GVD, 1er août 1966
    « Entretien du Père Porion avec L.-H. Parias »
    JBP, 15 octobre 1966
    JBP, 21 février 1967
    JBP, 28 mai 1967
    JBP, 30 mai 1967
    JBP, 6 juillet 1967
    GVD, 14 juillet 1967
    JBP, 30 juillet 1967
    JBP, 28 janvier 1968
    JBP, 6 mai 1968
    JBP, 6 juin 1968
    JBP, 27 mai 1969
    GVD, 23 juin 1969
    JBP, 9 juillet 1969
    JBP, 15 juillet 1969
    JBP, 1er février 1970
    JBP, 5 mai 1970
    GVD, 13 octobre 1970
    JBP, 20 octobre 1970
    JBP, 11 janvier 1971, à Dom benoît Lambres
    JBP, 26 janvier 1971
    JBP, 18 août 1971
    GVD, 26 août 1971
    JBP, 1er septembre 1971
    JBP, 26 janvier 1972
    GVD, 1er juillet 1976
    JBP, 22 janvier 1980
    JBP, 6 mai 1982
    JBP, 9 juillet 1982, à Dom Marc Vinel
    GVD, 28 avril 1984
    JBP, 9 mai 1984
    GVD, 12 avril 1986
    LETTRES À JEAN DE MENASCE (1964-1968)
    Rome, 12 octobre 1965
    Rome, 15 octobre 1965
    1968, extrait d’une lettre
    11 novembre 1969, au Père Pierre-Marie Emonet
    Rome, 28 janvier 1971
    Rome, 23 juillet 1972
    LETTRE AU PÈRE PRIEUR DE LA VALSAINTE (1967), À L’UN DE SES CONFRÈRES, DOM JPG (1967),
    AU PÈRE PRIEUR DE LA CHARTREUSE DEMONTRIEUX (1967-1974),
    AU PÈREMAÎTRE DE LA GRANDE-CHARTREUSE (1968),
    AU PRIEUR DE LA CHARTREUSE DE PORTES (1974),
    AU CARDINAL PRÉFET DE LA SACRÉE CONGRÉGATION DES RELIGIEUX (1975)
    7 février 1967, au Père Prieur de La Valsainte
    21 juillet 1967, à Dom JPG
    16 novembre 1967, au Père Prieur de La Valsainte
    17 novembre 1967, au Père Prieur de la chartreuse de Montrieux
    16 février 1968, au Père Prieur de la chartreuse de Montrieux
    5 mars 1968, au Père Prieur de la chartreuse de Montrieux
    4 avril 1968, au Père Prieur de la chartreuse de Montrieux
    15 juin 1968, au Père Prieur de la chartreuse de Montrieux
    23 juin 1968, au Père Prieur de la chartreuse de Montrieux
    10 juillet 1968, au Père Prieur de la chartreuse de Montrieux
    23 juillet 1968, au Père Maître de la Grande-Charteuse
    6 août 1968, au Père Prieur de la chartreuse de Montrieux
    « Texte du prieur de Montrieux sur le jeûne »
    18 octobre 1968, au Père Prieur de la chartreuse de Montrieux
    « Rapport sur l’obéissance du prieur de Montrieux »
    30 octobre 1968, au Père Prieur de la chartreuse de Montrieux
    25 août 1974, au Père Prieur de la chartreuse de Portes
    12 juin 1975, au Cardinal Préfet
    LETTRES À LOUIS-HENRI PARIAS (1970-1986)
    Rome, 30 mai 1970
    Rome, 21 juin 1972
    Rome, 22 juin 1978
    Rome, 8 janvier 1981
    Valsainte, 21 septembre 1982
    Valsainte, 16 octobre 1982
    14 novembre 1982
    Valsainte, 18 mars 1983
    Valsainte, 29 mars 1983
    Valsainte, 4 avril 1983
    Valsainte, 29 avril 1983
    Valsainte, 10 octobre 1983
    Valsainte, Noël, 1983
    Valsainte, 7 mai 1984
    Valsainte, 8 novembre 1984
    Valsainte, 14 décembre 1984
    Valsainte, 18 septembre 1986
    « Croissance limitée et naissance éternelle », essai, 1978
    CORRESPONDANCE AVEC DOM TC, MOINE CHARTREUX (1971-1984)
    TC, 30 novembre 1971
    JBP, 4 décembre 1971
    JBP, 26 novembre 1974
    TC, 10 décembre 1974
    JBP, 22 décembre 1974
    JBP, 2 juillet 1975
    JBP, 2 décembre 1979
    JBP, 11 janvier 1980
    JBP, 2 septembre 1980
    JBP, 25 avril 1982
    JBP, 7 avril 1984
    BIBLIOGRAPHIE DE DOM JEAN-BAPTISTE PORION
    Index des noms
    Index des lieux
    Index des périodiques, collections, dictionnaires
    Index du Concile
    (Les index portent sur les correspondances et les notes.)








  • Table des matières
    Introduction / Claude Savart
    PREMIÈRE PARTIE : BIBLE ET VIE CHRÉTIENNE
    La Bible chez les catholiques français au XIXe siècle
    1. Quelle Bible les catholiques français lisaient-ils ? / Claude Savart
    2. La catéchèse et la prédication / Elisabeth Grermain
    3. L'église paroissiale et la Bible / Marie-Hélène Froeschlé-Chopard
    4. La Bible dans la littérature spirituelle / Claude Savart
    La Bible dans la pluralité chrétienne
    1. Bible et sociétés bibliques dans le protestantisme français / André Encrevé
    2. Présence de la Bible en Allemagne / Paul Colonge
    3. Bible et société en Grande-Bretagne / Christiane d'Haussy
    4. La Bible dans la civilisation américaine / Mark A. Noll
    La Bible dans la culture de l'Occident
    1. Lectures romantiques de la Bible / Jean-Pierre Lacassagne
    2. La Bible et l'art / Danielle Barbaux-Fouilloux
    3. La Bible et la musique / Danièle Pistone
    4. Lectures socialistes le la Bible / Jean-Pierre Lacassagne
    La Bible depuis un demi siècle
    1. Le mouvement biblique / Joseph Trinquet
    2. La Bible et le cinéma / John J. Michalczyk
    3. Les jeunes Eglises
    Inde / Lucien Legrand Afrique noire / Nicolas Ouradéi
    4. Le renouveau charismatique / Edward OConnor
    DEUXIEME PARTIE : HISTOIRE DE L'EXÉGÈSE
    Introduction / Jean-Noël Aletti
    1. Recherche exégétique et rapport au folklore : XIXè siècle / Pierre Gibert
    2. L'exégèse catholique au moment de la crise moderniste / Christoph Theobald
    3. L'exégèse scientifique au XXè siècle : l'Ancien Testament / Henri Cazelles
    4. L'exégèse scientifique au XXè siècle : le Nouveau Testament / Werner G. Kümmel
    Conclusion générale / Jean-Noël Aletti
    Index






  • Table des matières
    Préface
    Bibliographie
    Introduction
    Première partie : GÉNÉRALITÉS SUR LA PRIÈRE
    Chapitre I. Prière du Christ, prière de l'Eglise
    Chapitre II. La prière du coeur
    Deuxième partie : LA PRIÈRE DE DEMANDE
    Chapitre I. Comment Dieu a exaucé nos prières
    Chapitre II. Prier contre ses ennemis ou pour ses ennemis
    Chapitre III. Les dons de Dieu sont en partie temporels et terrestres
    Chapitre IV. Ne demander à Dieu que Dieu lui-même
    Chapitre V. Les dispositions du coeur dans la prière
    Chapitre VI. Prière et grâce
    Troisième partie : LA PRIÈRE DE LOUANGE
    Chapitre I. Il est bon de louer le Seigneur mais qui peut louer le Seigneur ?
    Chapitre II. Le Seigneur nous donne des raisons de le louer
    Chapitre III. Louer le Seigneur dans l'adversité comme dans la prospérité
    Louer le Seigneur par toute sa vie
    Chapitre IV. Aspect eschatologique de la prière de louange
    Chapitre V. Deux caractéristiques de la prière de louange
    Conclusion

  • Extrait

    Avertissement
    Il n’est sans doute pas nécessaire de revenir ici sur les explications données dans les deux premiers volumes intitulés Lui et Moi, d’abord par S. Exc. Mgr Villepelet, évêque de Nantes, et le R. P. Jules Lebreton, doyen de la Faculté de théologie à l’Institut Catholique de Paris, puis par M. Daniel-Rops, sur le livre et l’auteur. Lui et Moi contient des textes écrits par Gabrielle Bossis, morte en juin 1950, et dont la vie a été racontée par l’une de ses amies, Mme Pierre de Bouchaud, en un émouvant petit volume (Gabrielle Bossis auteur de Lui et Moi, Beauchesne 1951). Ce sont des « paroles intérieures » attribuées à Notre-Seigneur, et dont la simplicité, le charme, la tendresse, parfois la profondeur, ont touché un grand nombre de lecteurs. Les deux premiers recueils d’extraits sont composés de textes choisis à travers les dix gros cahiers laissés par l’auteur, qui vont de 1936 à 1950. En ce tome III, on trouvera d’abord les « mots d’ordre » donnés au début de chaque année par la voix intérieure. Puis une série de textes courts pris dans les premiers cahiers, suivis de tous les textes plus importants et non encore publiés, des années 1941 à 1945.
    Il reste, de mai 1945 à juin 1950, un assez grand nombre de pages inédites, qui pourront fournir la matière d’un dernier volume.
    A. DE PARVILLEZ, s. j



  • Extrait

    Avertissement
    Pour ceux de nos lecteurs qui ne connaîtraient pas les premiers volumes de Lui et moi, il est utile de rappeler ici l'origine et la nature de cette oeuvre.
    Gabrielle Bossis, écrivain catholique, auteur d’un certain nombre de pièces de théâtre souvent représentées dans les salles d’oeuvres, est morte le 9 juin 1950, laissant dix gros cahiers où depuis 1936 elle écrivait au jour le jour des « paroles intérieures » qui lui paraissaient venir du Christ lui-même. De son vivant avait paru chez Beauchesne un volume contenant des extraits de ces cahiers, et préfacé par S. E. Mgr Villepelet, évêque de Nantes, et par le P. Jules Lebreton, s. j., doyen de la Faculté de théologie à V Institut catholique de Paris. Sans se prononcer sur Vorigine divine de ces écrits, tous deux en garantissaient l'orthodoxie. L'auteur vécut assez pour avoir connaissance de l’accueil très favorable fait par le public à ce volume. Une foule de témoignages attestèrent le bien que ces pages faisaient à un grand nombre de lecteurs. Après la mort de Gabrielle Bossis parut un tome I I , où une préface de Daniel Rops révélait le nom de l'auteur. Trois autres volumes suivirent, donnant des séries de textes allant de 1941 jusqu’au 25 mai 1950.
    Une femme de lettres, Mme Pierre de Bouchaud, qui avait bien connu Gabrielle, publia chez Beauchesne une brève et intéressante biographie (Gabrielle Bossis, auteur de « Lui et moi » 1951), que le souverain Pontife honora de la Bénédiction apostolique. Mais les lecteurs de plus en plus nombreux demandaient la publication intégrale des cahiers et des renseignements plus détaillés sur l'auteur. On trouvera en ces tomes V I et VI I , qui paraissent simultanément, d'abord une biographie plus complète où Mme de Bouchaud nous apporte des précisions sur l'enfance de Gabrielle, nous permet de suivre le développement de sa pensée et de sa vie intérieure, nous donne une idée de ce que furent ses continuels voyages — elle allait jouer elle-même le rôle principal de ses pièces, ce qui lui donna l'occasion de parcourir la France, F Afrique du Nord et le Canada — et nous présente le texte intégral du pittoresque récit de l’une de ces tournées. Avec le tome V I I s'achève la publication complète des cahiers de Gabrielle. Peut-être, si les lecteurs le souhaitent, aurons-nous quelque jour une édition qui reprenne l’ensemble selon l’ordre chronologique.
    Gabrielle déclare à plusieurs reprises que cette voix intérieure dont elle perçoit lés paroles lui assigne cette mission, de montrer que le recueillement, l’union à Dieu sont compatibles avec la vie encombrée et plus ou moins trépidante que nous menons aujourd'hui. Un nombre grandissant de lecteurs et de lectrices attestent que ce but n’est pas inaccessible, et que Lui et moi les aide à faire à Dieu, dans leur pensée et leurs affections, sa place légitime et primordiale.



  • Le succès rencontré par la « nouvelle formule » du livret du candidat de l'Éducation musicale nous engage à poursuivre dans cette voie : celle de la couleur, des tableaux, des flash-codes, mais aussi de l'adéquation des questionnements aux problématiques imposées par l'Éducation nationale.

    Alors que les sujets du bac se modifient lentement vers une interrogation d'ordre esthétique et philosophique plus qu'une véritable étude des oeuvres et une connaissance des périodes et écoles, cela peut paraître paradoxal. D'autant plus que le ministère a définitivement opté pour une étude comparative, aussi bien en option facultative qu'en enseignement de spécialité. C'est pourtant bien à cette comparaison que nous préparons les candidats, sans jamais cependant perdre de vue le fait que cette comparaison doit être étayée par une connaissance solide des oeuvres au programme, mais aussi des principes d'écriture musicale.

    C'est pourquoi nous tenons depuis plusieurs années à combler d'éventuelles lacunes des candidats sur le plan théorique. On présente à tort la théorie musicale comme une matière rébarbative, alors qu'elle n'est que l'apprentissage d'un outil indispensable à qui veut vraiment pénétrer les arcanes des oeuvres. Aussi avons-nous choisi de placer en fin de volume une petite "mise à niveau solfégique", pour ceux qui en ont besoin. Les oeuvres de Debussy et Ravel imposées cette année sont difficiles pour qui souhaite aller à fond dans leur étude. Et nous espérons que ces petits "mémentos" aideront les plus démunis.

    Comme nous le redirons plus loin, les analyses sont conçues pour les plus exigeants d'entre eux. Nous avons fait en sorte que ceux qui souhaitent se limiter à l'essentiel puissent le faire.

    Cependant les candidats à l'option facultative comme à l'option de spécialité auront intérêt à lire l'ensemble des analyses, en plus des annexes.

  • L'orthopraxie catholique en matière de jeûne se fonde sur le respect de trois règles : un seul repas complet par vingt-quatre heures, auquel on a ajouté, à partir du xiiie siècle, une légère collation vespérale ; l'abstinence des viandes et des laitages ; l'heure imposée pour l'unique réfection quotidienne, soit la mi-journée. Cadre disciplinaire général que nombre de théologiens se sont efforcés d'assouplir pour rendre les contraintes du Carême plus supportables. Dès lors s'est développée une ample casuistique dont les interrogations ont pu surprendre. S'il est vrai que les liquides ne rompent pas le jeûne, est-il permis en Carême de boire entre les repas du café, du chocolat, de la bière, de l'eau-de-vie, ou de manger de la pastèque ? Si les poissons sont incontestablement des aliments maigres, qu'en est-il des oiseaux aquatiques, des canards, des poules d'eau, des flamants, des crocodiles, des reptiles ou, au Brésil, du caïman yacare ? Entre les tenants de la rigueur et les partisans de l'indulgence, l'opposition a été telle que le magistère romain a dû réagir : entre 1741 et 1745, le pape Benoît XIV publie trois encycliques pour tenter de raffermir une discipline du Carême dont les observances tendaient à se relâcher. En dépit du geste pontifical, la pratique quadragésimale apparaît très fortement affaiblie à la mi-xixe siècle. Avec l'effacement du respect du précepte du jeûne ecclésiastique se donne à voir la sortie du catholicisme de l'ordre pénitentiel qui a longtemps été le sien.
    Né en 1972, ancien élève de l'École nationale des chartes, agrégé et docteur habilité à diriger des recherches en histoire moderne, ancien membre de l'École française de Rome, Sylvio Hermann De Franceschi est directeur d'études à la ve section (Sciences religieuses) de l'École Pratique des Hautes Études (PSL), où il occupe la chaire « Religions, savoir et politique dans l'Europe moderne », et directeur du Laboratoire d'études sur les monothéismes (UMR 8584). Ses recherches portent sur l'histoire des idées politiques et religieuses de l'époque moderne.

  • Ces dernières décennies, le chant liturgique a connu de profondes évolutions. Il a même suscité débats et tensions. Comment le chant liturgique, aujourd'hui en France, est-il révélateur des évolutions du langage théologique, des sensibilités spirituelles, des orientations pastorales ? Plus de cinquante ans après le concile Vatican II, ne devons-nous pas nous interroger et évaluer comment il répond à sa fonction ministérielle en liturgie et nous aide à mieux célébrer ?
    C'est pour approcher ces questions que les journées d'études organisées en juin 2017 par l'Institut pastoral d'études religieuses de Lyon et les Amis de Marcel Godard ont réuni différents acteurs, universitaires, professionnels, acteurs de terrain et pastoraux, de façon à conjoindre différentes approches de cette action d'Église, du point de vue de l'histoire et de l'ecclésiologie, certes, mais aussi en prenant largement en compte la pastorale et la technique vocale.
    Au terme, nous sommes invités à une réflexion sur la manière d'assurer la communion ecclésiale dans le contexte de la diversité actuelle des pratiques liturgiques. Par-delà cette variété des communautés qui prient et qui chantent, c'est le même Christ qui célèbre et se rend présent à notre monde.


  • De l'aède déclamant Homère à l'éloquence de l'Âge classique, en passant par les orateurs romains et les disputes médiévales, la parole trouve les conditions propices à son épanouissement public. Cet ouvrage aborde successivement les arts et les techniques qui visent dans des contextes variés à la maîtrise de la parole publique, les formes d'autorité associées à cette prise de parole et ses effets de séduction.
    Un cours approfondi, élaboré par des professeurs expérimentés de lettres et de philosophie, ouvre chaque partie composée d'une anthologie d'oeuvres majeures de l'Antiquité, du Moyen Âge, de la Renaissance et de l'Âge classique. Une série de parcours permet la fréquentation suivie des textes, d'Homère à Pascal. Le riche apparat critique, les focus et grands-angles, encadrés de culture générale, en délivrent les clés de compréhension. Les questions guident le lecteur dans le repérage et la mise en oeuvre des procédés de l'art de la parole, pour une expression écrite et orale maîtrisée, tandis que s'élargissent sa conscience historique et son jugement critique. Les arrêts sur image éclairent les liens entre les arts, le langage et la pensée.
    La méthodologie de l'épreuve de spécialité est suivie de sujets « type bac » corrigés et commentés afin de s'entraîner et réviser en toute autonomie.
    Les Pouvoirs de la parole (semestre 1) permettra au lycéen d'exceller au baccalauréat :
    - dans la spécialité Humanités, littérature et philosophie, tant à l'épreuve de fin de première (coeff. 5) qu'à celle de terminale (coeff. 16),
    - et aux épreuves de Français (coeff. 10) en première et de Philosophie en terminale (coeff. 8). Chacun y aiguisera ses compétences orales par la pratique de l'argumentation, fondamentale pour la nouvelle épreuve du baccalauréat, le Grand Oral (coeff. 10).
    Conçu pour offrir au lycéen une véritable culture humaniste, cet ouvrage servira pour candidater avec succès sur PARCOURSUP dans tous les cursus universitaires exigeants : classes préparatoires littéraires, commerciales et scientifiques, Instituts d'études politiques, écoles de commerce et d'ingénieurs, écoles d'art et d'architecture, écoles de journalisme...
    Il accompagnera avec succès l'étudiant tout au long de ses études supérieures (1er et 2e cycle).






  • Table des matières
    INTRODUCTION
    Première partie : Approches bibliques
    Chapitre I- LA NOTION BIBLIQUE DE PÉCHÉ
    Le péché comme révolte contre Dieu
    Le péché dans sa dimension collective et sociale
    Chapitre II- LE PÉCHÉ ORIGINEL DANS LA BIBLE
    Le livre de la Genèse. Le péché d'Adam et Ève
    Le péché originel dans les autres livres de l'Ancien Testament
    Les lettres pauliniennes
    Les évangiles
    Deuxième partie : Études historiques
    Chapitre I- LE PÉCHÉ DES ORIGINES DANS LES PSEUDÉPI GRAPHES DE L'ANCIEN TESTAMENT
    Le livre d’Hénoch
    Le livre des Jubilés
    Le Testament des Patriarches
    L'Apocalypse grecque de Baruch
    Le livre des secrets d’Hénoch
    Le livre des Antiquités bibliques
    Le quatrième livre d’Esdras
    L'Apocalypse syriaque de Baruch
    L'Apocalypse d’Abraham
    La Vie grecque d’Adam et Ève
    Conclusion
    Chapitre II- LE « PÉCHÉ PRIMITIF » SELON LES ESSÉNIENS
    La création de l'homme et le péché des origines
    L'empire de Bélial
    Le « penchant mauvais » et le « mystère du péché »
    La perversité héréditaire
    Chapitre III- LE PÉCHÉ ORIGINEL CHEZ PHILON D'ALEXANDRIE
    Dieu et la création du monde
    Le mal dans le monde sensible
    La double création de l'homme
    Le mal dans l'homme
    La « souillure » de la naissance
    Le péché du Paradis
    En guise de conclusion
    Chapitre IV- LE PÉCHÉ DES ORIGINES SELON DIDYME L’AVEUGLE
    Perspectives anthropologiques
    Le commentaire de la chute
    Remarques conclusives
    Chapitre V- LE PÉCHÉ DES ORIGINES DANS L'ICONOGRAPHIE PALÉO?CHRÉTIENNE
    L'iconographie paléo-chrétienne
    Peintures
    Les sarcophages
    Objets divers
    Conclusion
    Chapitre VI- LA QUESTION DU PÉCHÉ ORIGINEL À VATICAN II
    Les antécédents conciliaires
    Vatican II : Texte sur le péché originel
    Réflexions sur le schéma préparatoire
    Le péché originel d'après les textes promulgués
    L'après-concile
    Troisième partie : Études diverses
    Chapitre I- À PROPOS DES DEUX ARBRES DU PARADIS
    Deux arbres extraordinaires
    Le contexte doctrinal
    Chapitre II- C'EST LA FAUTE À ÈVE
    Le drame primordial
    Ève dans les écrits intertestamentaires
    Ève dans l'œuvre de Philon d'Alexandrie
    Ève dans les premiers écrits chrétiens
    Ève dans la pensée des théologiens
    Chapitre III- « PENCHANT MAUVAIS » ET « PÉCHÉ ORIGINEL »
    La théorie et sa préhistoire (Ancien Testament)
    Les écrits de Qoum ân
    Les pseudépigraphes de l'Ancien Testament
    Philon d'Alexandrie
    Le Nouveau Testament
    Écrits chrétiens des trois premiers siècles
    Conclusions
    Chapitre IV- LE RETOUR D'ADAM AU PARADIS, SYMBOLE DU SALUT DE L'HUMANITÉ
    L'enseignement de l'Ancien Testament
    La littérature intertestamentaire
    Le Nouveau Testament
    La première littérature chrétienne
    En guise de conclusion
    Chapitre V- LITURGIE BAPTISMALE ET PÉCHÉ ORIGINEL
    Baptême et péché originel dans le Nouveau Testament
    La réflexion des premiers chrétiens
    Baptême et péché originel au IIIè siècle
    Baptême et péché originel avant la crise pélagienne
    Baptême et péché originel après la crise pélagienne
    Le péché originel dans les nouveaux rituels du baptême
    CONCLUSION
    ANNEXE : L'hypothèse de l'Adam métahistorique

  • Extrait
    1936
    La première phrase notée sur un transatlantique en route pour le Canada lors d'un concert à bord : Ma petite fille. C'était le 22 août 1936, il lui sembla avoir déjà entendu cette voix, mais elle n'y avait pas pris garde.
    Le lendemain, la voix se fait à nouveau entendre. Gabrielle croit que c'est Jésus et commence à répondre en assurant que tout, en elle, est pour Lui, même si elle ne l'exprime pas. La voix lui répond que cela Lui fait plaisir qu'on le dise et qu'on le répète souvent. Quand on se sait aimé on éprouve le besoin de l'entendre dire.
    A 28 reprises un bref message de 1 à 3 lignes est donné au cours des cinq mois suivants de l'année 1936.
    Le voyage au Canada commencé en août se terminera en novembre 1936. Le 2 septembre, elle est dans le train (Canadian Pacific) et voit la main du Christ d'où coule le sang qui purifie ses lèvres. Le 25 octobre lors de la fête du Christ-Roi, elle est consacrée à Dieu par un prêtre au cours d'une messe. Elle entend Jésus lui dire : Occupe-toi de Mon Amour ... il n y a pas un orphelin aussi délaissé que Moi.
    Rentrée en France elle retourne à Nantes dans sa maison, rue de Launay, où une messe est célébrée chaque jour. C'est par un chemin de croix qu'elle commence ses journées. Jésus lui demande de prier : Je change tes prières en Mes Prières. Un bref échange, le 15 décembre : Gabrielle : Je Vous adore. Réponse : Aime-Moi surtout!
    Il y aura une devise chaque année, celle de 1937 est : Purement et simplement.








  • Table des matières
    Abréviations et sigles
    Bibliographie
    Introduction
    Première partie : LE MODELE CANONICO-LITURGIQUE
    Introduction : Les plus anciennes collections canonico-liturgiques
    Chapitre I. La tradition apostolique
    I- Les fonctions ecclésiastiques
    II- Les antécédents
    Chapitre II. Les remaniements de la tradition apostolique
    I- Les Canons d'Hippolyte
    II- Les Constitutions Apostoliques
    Deuxième partie : LES TEXTES CONCILIAIRES
    Introduction : La littérature conciliaire
    Chapitre I. Les conciles orientaux
    I- La situation avant Nicée
    II- Le concile de Nicée (325)
    III- Le synode d'Antioche (341), ou le poids du juridisme naissant
    IV- L'organisation ecclésiastique d'après les lettres canoniques de Basile de Césarée
    V- Laodicée ou l'apogée de la législation concernant les fonctions inférieures
    VI- Chalcédoine (451)
    VII- Le concile In-Trullo (691)
    Chapitre II. Les conciles africains
    I- Le problème de la continence
    II- Le lectorat, porte d'entrée dans la cléricature
    III- Le cursus
    Chapitre III. Les conciles gaulois
    I- Evolution des fonctions inférieures du concile d'Arles (314) à celui de Vaison (442)
    II- Clercs inférieurs et secondes noces
    III- Influence des conciles grecs
    IV- Sous-diaconat, continence et célibat
    V- La vie des ministres inférieurs
    VI- Sous-diaconat et fonctions supérieures
    Chapitre IV. Les conciles espagnols
    I- L'apparition des fonctions inférieures
    II- La question de la continence
    III- Le cursus et les modalités d'accession aux fonctions
    IV- La vie des clercs inférieurs
    Excursus : La législation civile
    I- Le code Théodosien
    II- La législation de Justinien
    Bilan provisoire
    I- Du IIIè au Vè siècle
    II- Le déplacement d'une frontière : sous-diaconat et fonctions supérieures
    Troisième partie : L'EGLISE ROMAINE
    Introduction : Rome avant les décrétales
    Chapitre I. L'époque des premières décrétales : fonctions inférieures et tempora
    I- La décrétale "Dominus inter"
    II- L'Ambrosiaster
    III- Les décrétales de Sirice
    IV- Hérôme
    V- Les décrétales d'Innocent I
    VI- Les décrétales de Zosime
    Chapitre II. Le milieu du Vè siècle : désagrégation des fonctions inférieures
    I- Célestin
    II- Léon le Grand
    Chapitre III. La renaissance gélasienne : ritualisation du cursus
    I- Gélase
    II- La lettre de Jean Diacre à Senarius
    III- Desiderata de fonctionnaires subalternes
    Chapitre IV. Simple cléricature et fonctions de cour
    I- Pélage I
    II- Grégoire le Grand
    III- L'ordo Romanus Primus
    Rome : l'achèvement d'un modèle
    Documentation annexe :
    I- L'épigraphie occidentale
    II- Cursus clérical des grands docteurs de l'Eglise
    III- Les cursus mentionnés dans l'Histoire des Francs de Grégoire de Tours
    IV- Ambroise a-t-il reçu tous les ordres mineurs ?
    Conclusion
    Index






  • Extrait
    INTRODUCTION
    I- L’HÉRITAGE
    II- LA SYNTHÈSE INITIALE DANS LE COMMENTAIRE DES SENTENCES
    Chapitre I. LES GRANDES DÉCOUVERTES DE LA SOMME CONTRE LES GENTILS
    I- LE BIEN DÉFINI COMME DÉSIRABLE
    II- LA BONTÉ DE CE QUI EST
    III- À LA RECHERCHE DE LA CAUSE DU MAL MORAL
    IV- LE PÉCHÉ DE LANGE COMME DÉSIR DÉRÉGLÉ
    V- LA HIÉRARCHIE DES CHÂTIMENTS
    CONCLUSION
    Chapitre II. GRANDEURS ET LIMITES D'UNE PENSÉE DANS LA SOMME THÉOLOGIQUE ET LES QUESTIONS DISPUTÉES SUR LE MAL
    I- DIEU NE VEUT LE PÉCHÉ EN AUCUNE MANIÈRE
    II- LE PÉCHÉ DE L'ANGE COMME NON?ATTENTION À LA RÈGLE
    III- LE TRAITÉ DU MAL
    IV- LA LIBERTÉ CRÉÉE ET LA POSSIBILITÉ DU MAL
    V- QUE DIRE DE LA SOUFFRANCE ?
    VI- SURMONTER LE DILEMME D'ÉPICURE
    VII- LA THÉOLOGiE DE THOMAS D'AQUIN EST-ELLE UNE THÉODICÉE?
    Chapitre III. L'OUBLI D'UN QUESTIONNEMENT
    I- GRÂCE ET LIBERTÉ SELON THOMAS D’AQUIN
    II- BAFIEZ ET MOLINA
    III- LEIBNIZ ET L'ACHÈVEMENT DE LA THÉODICÉE
    IV- KANT ET LA POSITION MODERNE DE LA QUESTION DU MAL
    Chapitre IV. FÉCONDITÉ ACTUELLE DE LA RECHERCHE DE SAINT THOMAS SUR LE MAL
    I- LE MAL COMME PRIVATION
    II- LE PÉCHÉ
    III- LE MAL QUE L'HOMME SUBIT
    IV- LE MYSTÈRE DE LA PROVIDENCE DIVINE
    ANNEXES
    I- Platon et le problème du châtiment
    II- Denys l'Aréopagite
    TABLE BIBLIQUE
    INDEX DES AUTEURS

  • Table des matières

    Avant-propos
    Principaux ouvrages cités
    Première partie : Recherche historique du Ier au IVè siècle
    Chapitre premier- Ordination et grâce sacramentelle dans les deux premiers siècles
    Les Lettres à Timothée
    Les Actes de Pierre
    Saint Irénée
    Chapitre II- Théologie de l'ordination du début du IIIè siècle au Concile de Nicée (325)
    Clément d'Alexandrie et Origène
    Problèmes épiscopaux en Egypte et Palestine
    Hippolyte de Rome
    Autour de Corneille et Cyprien
    Glanes de la fin du IIIè siècle
    Les débuts du Donatisme
    Deux Conciles orientaux
    1. Le Concile d'Ancyre de l'an 314
    2. Le Concile de Néo-Césarée (314-319)
    Conclusion
    Chapitre III- Le Concile de Nicée (325) et ses suites immédiates
    Le cas des Pauliniens
    Les Novatiens
    Les Mélétiens. La lettre aux Evêques d'Egypte
    Le passage d'une Eglise à une autre
    Les pouvoirs du Métropolitain
    Déposition des clercs
    Le Concile d'Antioche de 341
    Saint Athanase
    Saint Basile de Césarée
    Grégoire de Nazianze
    Grégoire de Nysse
    Le 2è Concile oecuménique. Constantinople, 381
    Conclusions
    Chapitre IV- Autour du patriarchat d'Antioche de 360 à 460 environ
    Le "schisme" d'Antioche
    La liturgie des ordinations
    L'imposition des Evangiles
    Et avec ton Esprit. Théodore de Mopueste
    Saint Jean Chrysostome
    Théodoret de Cyr
    Ecrivains de langue syriaque. S. Ephrem
    Narsaï
    Conclusion
    Chapitre V- L'ordination en Egypte aux IVè et Vè siècles
    L'Euchologie de Sérapion
    Les successeurs immédiats d'Athanase
    Cyrille d'Alexandrie
    Autres écrivains d'Egypte. Didyme et Isidore
    Conclusions
    Chapitre VI- En Occident. Précurseurs et contemporains d'Augustin
    Saint Jérôme
    Innocent Ier (402-417)
    Saint Ambroise
    L'Ambrosiaster
    Conclusions
    Chapitre VII- Saint Augustin
    Les premiers écrits anti-donastistes
    Les Conciles Africains de 401 à 407
    L'autorité de la "Catholica"
    Le rite de l'ordination
    Les effets de l'ordination
    Grâce, consécration, sacrement, caractère ?
    Un effet spirituel permanent
    Une synthèse - La lettre 185 à Boniface
    Deuxième partie : Vers une synthèse - Foi et théologie
    Chapitre VIII- L'ordination communique un don de l'Esprit
    Avant-propos
    I- Rappel des données déjà acquises
    II- Le témoignage de la Liturgie
    1. Les liturgies d'Occident
    2. Les liturgies d'Orient
    III- De S. Léon à S. Grégoire
    Chapitre IX- A l'origine de l'ordination : le Christ
    I- Un rappel des résultats acquis
    II- Le témoignage de la liturgie
    1. En Occident
    2. En Orient
    III- Les ordres du Christ
    IV- L'enseignement du Pseudo-Denys
    Conclusion
    Chapitre X- Un "charisme" permanent ?
    I- Malgré l'infidélité et le péché
    II- Malgré l'ordination irrégulière
    III- Malgré la déposition ou la démission
    IV- Malgré l'incapacité d'exercer les pouvoirs
    1. La théologie latine concernant l'épiscopat
    2. Les Chorévêques en Orient
    3. L'enseignement de Gratien
    Chapitre IX- Vers le mot et la notion de "caractère"
    Vers le mot "caractère"
    Les préfigures de l'Ancien Testament
    Le "caractère" est produit par le sacrement
    Pour le service de la communauté
    Une consécration nouvelle
    Une exigence de sainteté
    Conclusion



empty