Tourisme & Voyages

  • Ce livre entre sans aucun doute dans notre collection « Grands aventuriers ». Le personnage est peut-être moins connu que Livingstone, Stanley, Garnerey ou encore Raynal, il n'empêche que son histoire et son périple sont assez impressionnants. Polonais né en Ukraine, exilé en France après le partage de la Pologne en 1831, il a le mal du pays et en 1843, il rentre dans sa terre natale, sous une fausse identité. Assez rapidement, il est démasqué, et condamné à la déportation en Sibérie (par le simple fait d'être polonais).
    Après un voyage en tant que prisonnier, il est relativement épargné par le sort, et le travail qui lui est confié, son hébergement, sont relativement acceptables. On aurait pu penser qu'il s'en serait contenté. Mais non : il décide de s'évader et de recouvrer sa liberté, en fuyant à pied la Sibérie, en étant conscient des risques encourus, vraisemblablement la mort à coup de fouet.
    Outre l'aventure, le livre permet de découvrir l'ambiance de l'époque, et tout spécialement la condition de prisonnier ou même d'habitant de la Russie. Les punitions sont violentes, les condamnations sont extrêmes, et l'on se retrouve très rapidement exilé, que l'on soit prisonnier de droit commun ou « ennemi héréditaire ». Les habitants sont pauvres et souffrent en silence. Les nobles et les puissants règnent en maître, voire en despotes. Enfin, la place tenue par la religion serait considérée de nos jours comme ambiguë, puisque tout orthodoxe qui se respecte fait la chasse au chrétien ennemi de la Russie.

  • Nous cherchions, depuis un certain temps, des livres et romans pour la jeunesse, qui soient libres de droit, pas trop diffusés, et pas complètement démodés. Il nous semble que « Surcouf le Corsaire » répond à ces critères, surtout dans la première partie du livre.
    Où l'on retrouve, dans ce roman, Surcouf confronté au Colonel Bonaparte, que le marin réussit à impressionner. Puis notre héros se retrouve face au Consul Bonaparte, à qui il tente de faire comprendre l'importance de la marine pour battre les anglais. Enfin, Surcouf est convoqué par l'Empereur. Les deux hommes s'estiment, bien qu'en désaccord sur les orientations profondes à donner à la société : Surcouf veut la paix à tout prix.
    Le roman est très agréable à lire, et on y retrouve les qualités traditionnelles du héros : génie, enthousiasme, détermination, amitié, dévouement, générosité... et l'on pourrait ajouter : entêtement face à l'autorité qui ne veut pas l'écouter. Tout en conservant un amour de la Patrie que rien n'ébranle.
    Surcouf est vraiment le héros qui se sacrifie pour les autres et son pays, seul marin de l'époque à résister à la perfide Albion. Les aventures sont passionnantes, le rythme est agréable : un bon livre pour la jeunesse.
    La deuxième partie du livre, le Tedetou, est une aventure au désert qui garde un lien réel mais assez ténu avec Surcouf. Nous avons conservé cette partie par respect pour l'auteur.

empty