• « Au secours ! Mes parents m'ont envoyée dans l'endroit le plus horrible de la planète ! Pas de télévision, pas de jeux vidéo, pas d'Ajax à torturer... juste des arbres, des arbres et encore des arbres ! Mais faites-moi confiance, la colonie des Ragondins Joyeux va se souvenir longtemps de mon passage ici ! »
    Mortelle Adèle se met au vert, mais au vert... de rage ! Pour les grandes vacances, ses parents l'ont inscrite dans une colonie de vacances, perdue en pleine nature, où les animaux et les enfants vivent dans une belle harmonie. Mais la plus peste des héroïnes n'a pas oublié de glisser son mauvais caractère dans ses valises !

  • Éléonore a disparu dans la nuit et personne n'est vraiment étonné. Surtout pas Clara qui a tout vu, tout entendu. Dès le début de la colo, Lilas et sa petite bande ont pris Éléonore pour cible. Ils l'ont d'abord appelée Babar, puis ils l'ont bousculée, malmenée, et ils ont fait de sa vie un enfer. Clara a observé de loin leurs petits jeux cruels, sans dire un mot, sans intervenir. Comme tous les gens de la colo, elle a même fini par s'habituer, à trouver normal que l'on s'acharne sur cette fille. Elle a tout vu, tout entendu. Et aujourd'hui, Éléonore a disparu...

  • Quand la mono du centre aéré a demandé ce qu'on avait comme Passion pour animer son propre Atelier Création et Découverte d'Activités Ludiques, Sportives et Artistiques, Gaspard a répondu « Haïku ».
    Ça commençait très mal. Les haïkus, les autres ne savaient même pas ce que c'était et une grosse brute l'a surnommé « Aïe-mon-Kiki » et traité de tapette.
    Tant mieux, après tout. Parce que en vérité, cette Passion, Gaspard ne souhaite la partager avec personne. Il souhaite rester seul avec elle. Avec elle et son chagrin. Avec elle et Léo. Personne ne le fera changer d'avis. Même pas cette fille en survêtement violet qui propose « Charlotte au chocolat ».

  • Tommy, 12 ans, aurait adoré passer ses vacances d'été à traîner avec ses copains, mais ses parents en ont décidé autrement. Ils comptent bien lui inculquer un véritable esprit de compétition. Dans la famille, être le meilleur est plus qu'un état d'esprit, c'est une lutte de chaque instant. Un séjour à l'Île des Gagnants est donc inévitable !
    Dès son arrivée, Tommy est prévenu par Oncle Félix, le directeur du camp : « Pour l'instant, tu es un perdant. Mais les perdants ne quittent jamais l'Île des Gagnants. »
    Un peu inquiet, Tommy se demande bien ce que deviennent ces pauvres malheureux condamnés à errer sur l'île ?
    Et la rencontre avec Madame Maaargh, la prof du camp, va lui en donner une petite idée...
    La Prof est un monstre, un vrai monstre, elle déteste tellement les perdants qu'elle les dévore.
    Tommy a tout intérêt à faire partie des meilleurs, à n'importe quel prix !

  • C'est le premier jour de colo pour Amina, Ludo, Léa et Mike. Les voilà qui se retrouvent dans la même équipe lors d'un concours de cuisine. Mais travailler ensemble n'est pas facile, lorsqu'on est si différents ! Et pourtant, ils verront que quand on se fait un peu confiance, de belles surprises peuvent arriver...

  • 12 presque 13

    Lisa Greenwald

    • Slalom
    • 13 Juin 2019

    Un roman fort et plein d'émotions sur l'amitié, les espoirs, les envies et les doutes de deux ados.La série : Ari et Kaylan sont meilleures amies depuis le CM1. Pour leurs années de collège, elles décident de mettre toutes les chances de leurs côtés en créant des listes de défis, envies et rêves à réaliser avant leur anniversaire. Mais le monde des adolescents n'est pas sans embûches.
    Le tome 2 : Ce qu'Arianna a adoré à Camp Silver :

    Découvrir la méditation de pleine conscience
    Tomber amoureuse (peut-être ?)
    Partager une chambre avec des filles géniales ! Encouragées par le succès de leur première liste, Arianna et sa meilleure amie Kaylan, se fixent 12 nouveaux objectifs. Des défis pour apprendre à se connaître elles-mêmes à l'approche de leurs 13 ans. Mais dès la rentrée scolaire, la situation se complique. Ari partage son temps entre Kaylan, ses amis rencontrés en colonie de vacances et la préparation de sa bat-mitsva. Cela l'amène à s'interroger aussi bien sur les garçons que sur ses origines. Ses relations avec sa famille et sa meilleure amie y résisteront-elles ?

  • Est-il rien de plus vexant, quand on a dix-sept ans, un beau sifflet tout neuf, et la responsabilité de trente petits parisiens, que de s'entendre appeler « Bébé » par le moniteur-chef de la Colonie de vacances ? Poupette voudrait bien qu'on la prenne au sérieux... D'autant plus qu'il se passe des choses étranges à la Colonie... Tout a commencé le jour où la jeune surveillante a trouvé dans un berceau, au bord de la rivière, un petit enfant blond mystérieusement abandonné... Mais Poupette s'enflamme si facilement, elle vibre si intensément dans les jeux que le grand François a peut-être raison, tout en éprouvant pour elle une vive et secrète sympathie, de se méfier d'une jeune fille aussi imaginative, impulsive et enthousiaste... Pourtant, quand Bob et Jeannot, les deux garçons chers au coeur de Poupette, auront découvert par hasard ce que recèle la cave du jardinier, le drame se précipitera et la Colonie de vacances de Saulville connaîtra des heures d'angoisse...

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • C'est au XIXe siècle que l'Église catholique s'est penchée sur la formation sociale et physique des adolescents, apprentis et ouvriers. La paroisse était le cadre idéal pour réunir ces jeunes, souvent très éloignés de leurs familles en raison de leurs activités professionnelles. De ces réunions naquit le patronage, association axée sur l'éducation physique, la formation sociale, morale et humaine de la jeunesse. Au travers de l'histoire du patronage des Francs-Archers de Laval depuis 1892, c'est la vie de plusieurs générations d'hommes et de femmes qui nous est contée. Nombreux sont, en effet, ceux qui, dans les villes et les villages, ont grandi à l'ombre du clocher paroissial. L'auteur de ce livre ne s'est pas contenté de rappeler de merveilleux souvenirs. Tous les événements qui ont jalonné les cent ans du patronage sont, en effet, liés à l'histoire sociale, sportive, humaine et politique de la cité, de l'Église et de la France. Le lecteur suivra l'évolution du patronage. Ce furent l'irrésistible changement de société, la rupture des liens qui unirent pendant des décennies la noblesse, d'abord, la bourgeoisie ensuite, au clergé. Il y eut l'influence prépondérante de jeunes abbés pour une ouverture du patronage aux laïcs, l'arrivée de dirigeants issus de la Confédération Française des Travailleurs chrétiens (CFTC) et de la démocratie chrétienne de France pour aboutir à une ouverture à tous les courants de pensée. Le lecteur aura également l'occasion de réfléchir sur le devenir de ce genre d'association. « Les Patronages, 100 ans d'histoire sportive, sociale et culturelle » est un hommage à tous ceux qui ont fait le Patronage des Francs-Archers de la Bonne Lorraine et une très belle page de l'histoire du XXe siècle.

  • Le domaine de Françon, créé en 1882 par de riches Anglais, a vu passer le Gotha de la grande villégiature à Biarritz, puis une colonie de vacances depuis 1949. Une présentation de ce patrimoine original autour de photos de famille.

empty