• Édition préparée et présentée par Jean-Louis Maunoury

    - Qui a tué et dépecé mon mouton ? s'écrie-t-il furieux.
    - C'est moi, maître, répond Hussein.
    - Alors tu seras dépecé à ton tour en enfer ! Qui l'a fait cuire ?
    - C'est moi, maître, répond Nasîmî.
    - Alors tu cuiras en enfer ! Et toi, Nasr Eddin, qu'as-tu fait ?
    - Moi, maître, j'ai seulement ri en les regardant.
    - Eh bien, toi alors, tu riras jusqu'à la fin des temps.
    Où nous retrouvons, toujours sur son âne juché, Nasr Eddin Hodja, personnage de légende issu du folklore arabo-musulman, pour de nouvelles aventures. Complément des Sublimes Paroles et Idioties, dans le respect de la tradition populaire, Jean-Louis Maunoury restitue ici toute la saveur et l'irrévérence d'historiettes tour à tour morales, absurdes ou coquines composées entre les XIIIe et XVe siècles.
    Héros légendaire qui aurait vécu en Turquie au XIIIe siècle, Nasr Eddin Hodja est célèbre dans tout le monde musulman comme l'incarnation même de l'irrévérence.

  • Des mille et une histoires que j'ai pu conter, aucune n'est aussi fabuleuse que celle que je m'apprête à te narrer.
    On y voyage de cités mortes en jardins luxuriants, de royaumes en déserts et de geôles en palais. On y croise djinns et ghûls, sultans et dragons, reines et démons, et les lignées maudites s'y affrontent autant que les passions se déchaînent.
    Vois-tu, elle recèle en son coeur une bien plus unique distinction.

    Cette histoire d'amour et de mort est vraie : je l'ai vécue.


    Parole de Shéhérazade.

  • « Je veux être calife à la place du calife », répète inlassablement Iznogoud.



    Cette formule est l'une des trouvailles les plus célèbres de René Goscinny.

    L'expression est d'ailleurs aujourd'hui passée dans le langage courant.

    Iznogoud voit le jour dans « Les vacances du Petit Nicolas » sous la plume de René Goscinny. Un moniteur de colonie raconte en effet aux enfants l'histoire d'un ignoble vizir qui veut prendre la place du calife !
    René Goscinny et le dessinateur Jean Tabary créent en 1962 le personnage d'Iznogoud. Initialement, la série s'intitule « Les aventures du calife Haroun el Poussah » et paraît dans le premier numéro du magazine Record. Mais très vite l'ignoble vizir prend le pas sur le calife et devient le héros titre.


    Le duo signera dix-sept albums.

    En mai 1968, Iznogoud rejoint dans le légendaire magazine Pilote, Astérix et Lucky Luke, les autres personnages de René Goscinny.

    Puis, à partir d'octobre 1974, Iznogoud devient chroniqueur et commente l'actualité dans le Journal du Dimanche.

    Après la disparition de René Goscinny en novembre 1977, Jean Tabary réalise seul les aventures d'Iznogoud.

    En 2011, le dessinateur rejoint son ami scénariste au paradis des humoristes.

    Mais le personnage d'Iznogoud a acquis une notoriété telle qu'il survit à ses créateurs et vivra, animé par d'autres, de nouvelles aventures.

  • « Je veux être calife à la place du calife » , répète inlassablement Iznogoud.



    Cette formule est l'une des trouvailles les plus célèbres de René Goscinny.

    L'expression est d'ailleurs aujourd'hui passée dans le langage courant.

    Iznogoud voit le jour dans « Les vacances du Petit Nicolas » sous la plume de René Goscinny. Un moniteur de colonie raconte en effet aux enfants l'histoire d'un ignoble vizir qui veut prendre la place du calife !
    René Goscinny et le dessinateur Jean Tabary créent en 1962 le personnage d'Iznogoud. Initialement, la série s'intitule « Les aventures du calife Haroun el Poussah » et paraît dans le premier numéro du magazine Record. Mais très vite l'ignoble vizir prend le pas sur le calife et devient le héros titre.


    Le duo signera dix-sept albums.

    En mai 1968, Iznogoud rejoint dans le légendaire magazine Pilote, Astérix et Lucky Luke, les autres personnages de René Goscinny.

    Puis, à partir d'octobre 1974, Iznogoud devient chroniqueur et commente l'actualité dans le Journal du Dimanche.

    Après la disparition de René Goscinny en novembre 1977, Jean Tabary réalise seul les aventures d'Iznogoud.

    En 2011, le dessinateur rejoint son ami scénariste au paradis des humoristes.

    Mais le personnage d'Iznogoud a acquis une notoriété telle qu'il survit à ses créateurs et vivra, animé par d'autres, de nouvelles aventures.

  • « Je veux être calife à la place du calife » , répète inlassablement Iznogoud.



    Cette formule est l'une des trouvailles les plus célèbres de René Goscinny.

    L'expression est d'ailleurs aujourd'hui passée dans le langage courant.

    Iznogoud voit le jour dans « Les vacances du Petit Nicolas » sous la plume de René Goscinny. Un moniteur de colonie raconte en effet aux enfants l'histoire d'un ignoble vizir qui veut prendre la place du calife !
    René Goscinny et le dessinateur Jean Tabary créent en 1962 le personnage d'Iznogoud. Initialement, la série s'intitule « Les aventures du calife Haroun el Poussah » et paraît dans le premier numéro du magazine Record. Mais très vite l'ignoble vizir prend le pas sur le calife et devient le héros titre.


    Le duo signera dix-sept albums.

    En mai 1968, Iznogoud rejoint dans le légendaire magazine Pilote, Astérix et Lucky Luke, les autres personnages de René Goscinny.

    Puis, à partir d'octobre 1974, Iznogoud devient chroniqueur et commente l'actualité dans le Journal du Dimanche.

    Après la disparition de René Goscinny en novembre 1977, Jean Tabary réalise seul les aventures d'Iznogoud.

    En 2011, le dessinateur rejoint son ami scénariste au paradis des humoristes.

    Mais le personnage d'Iznogoud a acquis une notoriété telle qu'il survit à ses créateurs et vivra, animé par d'autres, de nouvelles aventures.

  • « Je veux être calife à la place du calife », répète inlassablement Iznogoud.



    Cette formule est l'une des trouvailles les plus célèbres de René Goscinny.

    L'expression est d'ailleurs aujourd'hui passée dans le langage courant.

    Iznogoud voit le jour dans « Les vacances du Petit Nicolas » sous la plume de René Goscinny. Un moniteur de colonie raconte en effet aux enfants l'histoire d'un ignoble vizir qui veut prendre la place du calife !
    René Goscinny et le dessinateur Jean Tabary créent en 1962 le personnage d'Iznogoud. Initialement, la série s'intitule « Les aventures du calife Haroun el Poussah » et paraît dans le premier numéro du magazine Record. Mais très vite l'ignoble vizir prend le pas sur le calife et devient le héros titre.


    Le duo signera dix-sept albums.

    En mai 1968, Iznogoud rejoint dans le légendaire magazine Pilote, Astérix et Lucky Luke, les autres personnages de René Goscinny.

    Puis, à partir d'octobre 1974, Iznogoud devient chroniqueur et commente l'actualité dans le Journal du Dimanche.

    Après la disparition de René Goscinny en novembre 1977, Jean Tabary réalise seul les aventures d'Iznogoud.

    En 2011, le dessinateur rejoint son ami scénariste au paradis des humoristes.

    Mais le personnage d'Iznogoud a acquis une notoriété telle qu'il survit à ses créateurs et vivra, animé par d'autres, de nouvelles aventures.

  • « Je veux être calife à la place du calife », répète inlassablement Iznogoud.



    Cette formule est l'une des trouvailles les plus célèbres de René Goscinny.

    L'expression est d'ailleurs aujourd'hui passée dans le langage courant.

    Iznogoud voit le jour dans « Les vacances du Petit Nicolas » sous la plume de René Goscinny. Un moniteur de colonie raconte en effet aux enfants l'histoire d'un ignoble vizir qui veut prendre la place du calife !
    René Goscinny et le dessinateur Jean Tabary créent en 1962 le personnage d'Iznogoud. Initialement, la série s'intitule « Les aventures du calife Haroun el Poussah » et paraît dans le premier numéro du magazine Record. Mais très vite l'ignoble vizir prend le pas sur le calife et devient le héros titre.


    Le duo signera dix-sept albums.

    En mai 1968, Iznogoud rejoint dans le légendaire magazine Pilote, Astérix et Lucky Luke, les autres personnages de René Goscinny.

    Puis, à partir d'octobre 1974, Iznogoud devient chroniqueur et commente l'actualité dans le Journal du Dimanche.

    Après la disparition de René Goscinny en novembre 1977, Jean Tabary réalise seul les aventures d'Iznogoud.

    En 2011, le dessinateur rejoint son ami scénariste au paradis des humoristes.

    Mais le personnage d'Iznogoud a acquis une notoriété telle qu'il survit à ses créateurs et vivra, animé par d'autres, de nouvelles aventures.

  • « Je veux être calife à la place du calife » , répète inlassablement Iznogoud.



    Cette formule est l'une des trouvailles les plus célèbres de René Goscinny.

    L'expression est d'ailleurs aujourd'hui passée dans le langage courant.

    Iznogoud voit le jour dans « Les vacances du Petit Nicolas » sous la plume de René Goscinny. Un moniteur de colonie raconte en effet aux enfants l'histoire d'un ignoble vizir qui veut prendre la place du calife !
    René Goscinny et le dessinateur Jean Tabary créent en 1962 le personnage d'Iznogoud. Initialement, la série s'intitule « Les aventures du calife Haroun el Poussah » et paraît dans le premier numéro du magazine Record. Mais très vite l'ignoble vizir prend le pas sur le calife et devient le héros titre.


    Le duo signera dix-sept albums.

    En mai 1968, Iznogoud rejoint dans le légendaire magazine Pilote, Astérix et Lucky Luke, les autres personnages de René Goscinny.

    Puis, à partir d'octobre 1974, Iznogoud devient chroniqueur et commente l'actualité dans le Journal du Dimanche.

    Après la disparition de René Goscinny en novembre 1977, Jean Tabary réalise seul les aventures d'Iznogoud.

    En 2011, le dessinateur rejoint son ami scénariste au paradis des humoristes.

    Mais le personnage d'Iznogoud a acquis une notoriété telle qu'il survit à ses créateurs et vivra, animé par d'autres, de nouvelles aventures.

  • Le bon et gros calife Haroun el Poussah est victime de « delirium très mince » et refuse de se nourrir. Il est déclaré inapte à gouverner par le Conseil des vieux sages. Le premier qui prouve un vague lien de parenté lui succédera. Iznogoud est sur les rangs... il part à la recherche de ses aïeux à commencer par son père qu'il a à peine connu. En même temps, il élimine méthodiquement tous les éventuels prétendants utilisant les stratagèmes les plus ignobles et les plus atroces.
    Fidèle à l'esprit de Goscinny et Tabary, les créateurs d'Iznogoud, les deux auteurs de ce nouvel album Laurent Vassilian et Nicolas Tabary (le fils) campent un ignoble vizir d'une rare cruauté. Pour le plus grand plaisir sadique de ses lecteurs, Iznogoud revient avec de nouveaux stratagèmes... Vil, bas, mesquin, méchant, bête et brutal, l'ignoble vizir ne renonce jamais : il veut « être calife à la place du calife ».
    De père en fils, Iznogoud ne renonce jamais ! Nicolas Tabary est le fils de Jean Tabary, le co-créateur de l'ignoble vizir. Il dessine depuis l'âge de 16 ans et c'est tout naturellement qu'il succède à son père. « Iznogoud de père en fils » est son troisième album.
    Laurent Vassilian récidive. Après le succès d'« Iznogoud Président » sorti en 2012, il signe le scénario de ce nouvel album. Vassilian est un stakhanoviste de l'écriture. Il est coauteur des sketchs de Nicolas Canteloup. Tous les matins sur Europe 1 et tous les soirs sur TF1 la joyeuse équipe fait rire des millions de Français.

  • « Je veux être calife à la place du calife » , répète inlassablement Iznogoud.



    Cette formule est l'une des trouvailles les plus célèbres de René Goscinny.

    L'expression est d'ailleurs aujourd'hui passée dans le langage courant.

    Iznogoud voit le jour dans « Les vacances du Petit Nicolas » sous la plume de René Goscinny. Un moniteur de colonie raconte en effet aux enfants l'histoire d'un ignoble vizir qui veut prendre la place du calife !
    René Goscinny et le dessinateur Jean Tabary créent en 1962 le personnage d'Iznogoud. Initialement, la série s'intitule « Les aventures du calife Haroun el Poussah » et paraît dans le premier numéro du magazine Record. Mais très vite l'ignoble vizir prend le pas sur le calife et devient le héros titre.


    Le duo signera dix-sept albums.

    En mai 1968, Iznogoud rejoint dans le légendaire magazine Pilote, Astérix et Lucky Luke, les autres personnages de René Goscinny.

    Puis, à partir d'octobre 1974, Iznogoud devient chroniqueur et commente l'actualité dans le Journal du Dimanche.

    Après la disparition de René Goscinny en novembre 1977, Jean Tabary réalise seul les aventures d'Iznogoud.

    En 2011, le dessinateur rejoint son ami scénariste au paradis des humoristes.

    Mais le personnage d'Iznogoud a acquis une notoriété telle qu'il survit à ses créateurs et vivra, animé par d'autres, de nouvelles aventures.

  • « Je veux être calife à la place du calife » , répète inlassablement Iznogoud.



    Cette formule est l'une des trouvailles les plus célèbres de René Goscinny.

    L'expression est d'ailleurs aujourd'hui passée dans le langage courant.

    Iznogoud voit le jour dans « Les vacances du Petit Nicolas » sous la plume de René Goscinny. Un moniteur de colonie raconte en effet aux enfants l'histoire d'un ignoble vizir qui veut prendre la place du calife !
    René Goscinny et le dessinateur Jean Tabary créent en 1962 le personnage d'Iznogoud. Initialement, la série s'intitule « Les aventures du calife Haroun el Poussah » et paraît dans le premier numéro du magazine Record. Mais très vite l'ignoble vizir prend le pas sur le calife et devient le héros titre.


    Le duo signera dix-sept albums.

    En mai 1968, Iznogoud rejoint dans le légendaire magazine Pilote, Astérix et Lucky Luke, les autres personnages de René Goscinny.

    Puis, à partir d'octobre 1974, Iznogoud devient chroniqueur et commente l'actualité dans le Journal du Dimanche.

    Après la disparition de René Goscinny en novembre 1977, Jean Tabary réalise seul les aventures d'Iznogoud.

    En 2011, le dessinateur rejoint son ami scénariste au paradis des humoristes.

    Mais le personnage d'Iznogoud a acquis une notoriété telle qu'il survit à ses créateurs et vivra, animé par d'autres, de nouvelles aventures.

  • « Je veux être calife à la place du calife » , répète inlassablement Iznogoud.



    Cette formule est l'une des trouvailles les plus célèbres de René Goscinny.

    L'expression est d'ailleurs aujourd'hui passée dans le langage courant.

    Iznogoud voit le jour dans « Les vacances du Petit Nicolas » sous la plume de René Goscinny. Un moniteur de colonie raconte en effet aux enfants l'histoire d'un ignoble vizir qui veut prendre la place du calife !
    René Goscinny et le dessinateur Jean Tabary créent en 1962 le personnage d'Iznogoud. Initialement, la série s'intitule « Les aventures du calife Haroun el Poussah » et paraît dans le premier numéro du magazine Record. Mais très vite l'ignoble vizir prend le pas sur le calife et devient le héros titre.


    Le duo signera dix-sept albums.

    En mai 1968, Iznogoud rejoint dans le légendaire magazine Pilote, Astérix et Lucky Luke, les autres personnages de René Goscinny.

    Puis, à partir d'octobre 1974, Iznogoud devient chroniqueur et commente l'actualité dans le Journal du Dimanche.

    Après la disparition de René Goscinny en novembre 1977, Jean Tabary réalise seul les aventures d'Iznogoud.

    En 2011, le dessinateur rejoint son ami scénariste au paradis des humoristes.

    Mais le personnage d'Iznogoud a acquis une notoriété telle qu'il survit à ses créateurs et vivra, animé par d'autres, de nouvelles aventures.

  • « Je veux être calife à la place du calife », répète inlassablement Iznogoud.



    Cette formule est l'une des trouvailles les plus célèbres de René Goscinny.

    L'expression est d'ailleurs aujourd'hui passée dans le langage courant.

    Iznogoud voit le jour dans « Les vacances du Petit Nicolas » sous la plume de René Goscinny. Un moniteur de colonie raconte en effet aux enfants l'histoire d'un ignoble vizir qui veut prendre la place du calife !
    René Goscinny et le dessinateur Jean Tabary créent en 1962 le personnage d'Iznogoud. Initialement, la série s'intitule « Les aventures du calife Haroun el Poussah » et paraît dans le premier numéro du magazine Record. Mais très vite l'ignoble vizir prend le pas sur le calife et devient le héros titre.


    Le duo signera dix-sept albums.

    En mai 1968, Iznogoud rejoint dans le légendaire magazine Pilote, Astérix et Lucky Luke, les autres personnages de René Goscinny.

    Puis, à partir d'octobre 1974, Iznogoud devient chroniqueur et commente l'actualité dans le Journal du Dimanche.

    Après la disparition de René Goscinny en novembre 1977, Jean Tabary réalise seul les aventures d'Iznogoud.

    En 2011, le dessinateur rejoint son ami scénariste au paradis des humoristes.

    Mais le personnage d'Iznogoud a acquis une notoriété telle qu'il survit à ses créateurs et vivra, animé par d'autres, de nouvelles aventures.

  • « Je veux être calife à la place du calife » , répète inlassablement Iznogoud.



    Cette formule est l'une des trouvailles les plus célèbres de René Goscinny.

    L'expression est d'ailleurs aujourd'hui passée dans le langage courant.

    Iznogoud voit le jour dans « Les vacances du Petit Nicolas » sous la plume de René Goscinny. Un moniteur de colonie raconte en effet aux enfants l'histoire d'un ignoble vizir qui veut prendre la place du calife !
    René Goscinny et le dessinateur Jean Tabary créent en 1962 le personnage d'Iznogoud. Initialement, la série s'intitule « Les aventures du calife Haroun el Poussah » et paraît dans le premier numéro du magazine Record. Mais très vite l'ignoble vizir prend le pas sur le calife et devient le héros titre.


    Le duo signera dix-sept albums.

    En mai 1968, Iznogoud rejoint dans le légendaire magazine Pilote, Astérix et Lucky Luke, les autres personnages de René Goscinny.

    Puis, à partir d'octobre 1974, Iznogoud devient chroniqueur et commente l'actualité dans le Journal du Dimanche.

    Après la disparition de René Goscinny en novembre 1977, Jean Tabary réalise seul les aventures d'Iznogoud.

    En 2011, le dessinateur rejoint son ami scénariste au paradis des humoristes.

    Mais le personnage d'Iznogoud a acquis une notoriété telle qu'il survit à ses créateurs et vivra, animé par d'autres, de nouvelles aventures.

  • « Je veux être calife à la place du calife » , répète inlassablement Iznogoud.



    Cette formule est l'une des trouvailles les plus célèbres de René Goscinny.

    L'expression est d'ailleurs aujourd'hui passée dans le langage courant.

    Iznogoud voit le jour dans « Les vacances du Petit Nicolas » sous la plume de René Goscinny. Un moniteur de colonie raconte en effet aux enfants l'histoire d'un ignoble vizir qui veut prendre la place du calife !
    René Goscinny et le dessinateur Jean Tabary créent en 1962 le personnage d'Iznogoud. Initialement, la série s'intitule « Les aventures du calife Haroun el Poussah » et paraît dans le premier numéro du magazine Record. Mais très vite l'ignoble vizir prend le pas sur le calife et devient le héros titre.


    Le duo signera dix-sept albums.

    En mai 1968, Iznogoud rejoint dans le légendaire magazine Pilote, Astérix et Lucky Luke, les autres personnages de René Goscinny.

    Puis, à partir d'octobre 1974, Iznogoud devient chroniqueur et commente l'actualité dans le Journal du Dimanche.

    Après la disparition de René Goscinny en novembre 1977, Jean Tabary réalise seul les aventures d'Iznogoud.

    En 2011, le dessinateur rejoint son ami scénariste au paradis des humoristes.

    Mais le personnage d'Iznogoud a acquis une notoriété telle qu'il survit à ses créateurs et vivra, animé par d'autres, de nouvelles aventures.

  • « Je veux être calife à la place du calife » , répète inlassablement Iznogoud.



    Cette formule est l'une des trouvailles les plus célèbres de René Goscinny.

    L'expression est d'ailleurs aujourd'hui passée dans le langage courant.

    Iznogoud voit le jour dans « Les vacances du Petit Nicolas » sous la plume de René Goscinny. Un moniteur de colonie raconte en effet aux enfants l'histoire d'un ignoble vizir qui veut prendre la place du calife !
    René Goscinny et le dessinateur Jean Tabary créent en 1962 le personnage d'Iznogoud. Initialement, la série s'intitule « Les aventures du calife Haroun el Poussah » et paraît dans le premier numéro du magazine Record. Mais très vite l'ignoble vizir prend le pas sur le calife et devient le héros titre.


    Le duo signera dix-sept albums.

    En mai 1968, Iznogoud rejoint dans le légendaire magazine Pilote, Astérix et Lucky Luke, les autres personnages de René Goscinny.

    Puis, à partir d'octobre 1974, Iznogoud devient chroniqueur et commente l'actualité dans le Journal du Dimanche.

    Après la disparition de René Goscinny en novembre 1977, Jean Tabary réalise seul les aventures d'Iznogoud.

    En 2011, le dessinateur rejoint son ami scénariste au paradis des humoristes.

    Mais le personnage d'Iznogoud a acquis une notoriété telle qu'il survit à ses créateurs et vivra, animé par d'autres, de nouvelles aventures.

  • À sa naissance déjà, son père l'emmenait voler sur son tapis. Tarik al-Jamal était le prince des contrebandiers entre Samarkand et Bagdad. Qui maîtrisait mieux que lui l'art du tapis volant ? Mais le jour vint où il perdit son grand amour Maryam dans le pays des djinns, le désert aux mille dangers entre les deux cités. Depuis ce jour, amer et résigné, Tarik n'a plus franchi les murs de Samarkand. Il gagne sa vie en participant à des courses de tapis illégales. Et voici que Junis, son frère cadet, a décidé de conduire la mystérieuse Sabatea jusqu'à Bagdad.
    Tarik craint pour leur vie. Contraint d'affronter les spectres de son passé pour venir à leur secours, il se lance dans une course poursuite mortelle à travers le désert, une odyssée en tapis volant au coeur de la guerre qui oppose les djinns et les hommes du désert...
    Le pays des djinns est le premier livre de la trilogie des Seigneurs des Tempêtes.

  • « Je veux être calife à la place du calife » , répète inlassablement Iznogoud.



    Cette formule est l'une des trouvailles les plus célèbres de René Goscinny.

    L'expression est d'ailleurs aujourd'hui passée dans le langage courant.

    Iznogoud voit le jour dans « Les vacances du Petit Nicolas » sous la plume de René Goscinny. Un moniteur de colonie raconte en effet aux enfants l'histoire d'un ignoble vizir qui veut prendre la place du calife !
    René Goscinny et le dessinateur Jean Tabary créent en 1962 le personnage d'Iznogoud. Initialement, la série s'intitule « Les aventures du calife Haroun el Poussah » et paraît dans le premier numéro du magazine Record. Mais très vite l'ignoble vizir prend le pas sur le calife et devient le héros titre.


    Le duo signera dix-sept albums.

    En mai 1968, Iznogoud rejoint dans le légendaire magazine Pilote, Astérix et Lucky Luke, les autres personnages de René Goscinny.

    Puis, à partir d'octobre 1974, Iznogoud devient chroniqueur et commente l'actualité dans le Journal du Dimanche.

    Après la disparition de René Goscinny en novembre 1977, Jean Tabary réalise seul les aventures d'Iznogoud.

    En 2011, le dessinateur rejoint son ami scénariste au paradis des humoristes.

    Mais le personnage d'Iznogoud a acquis une notoriété telle qu'il survit à ses créateurs et vivra, animé par d'autres, de nouvelles aventures.

  • « Je veux être calife à la place du calife » , répète inlassablement Iznogoud.



    Cette formule est l'une des trouvailles les plus célèbres de René Goscinny.

    L'expression est d'ailleurs aujourd'hui passée dans le langage courant.

    Iznogoud voit le jour dans « Les vacances du Petit Nicolas » sous la plume de René Goscinny. Un moniteur de colonie raconte en effet aux enfants l'histoire d'un ignoble vizir qui veut prendre la place du calife !
    René Goscinny et le dessinateur Jean Tabary créent en 1962 le personnage d'Iznogoud. Initialement, la série s'intitule « Les aventures du calife Haroun el Poussah » et paraît dans le premier numéro du magazine Record. Mais très vite l'ignoble vizir prend le pas sur le calife et devient le héros titre.


    Le duo signera dix-sept albums.

    En mai 1968, Iznogoud rejoint dans le légendaire magazine Pilote, Astérix et Lucky Luke, les autres personnages de René Goscinny.

    Puis, à partir d'octobre 1974, Iznogoud devient chroniqueur et commente l'actualité dans le Journal du Dimanche.

    Après la disparition de René Goscinny en novembre 1977, Jean Tabary réalise seul les aventures d'Iznogoud.

    En 2011, le dessinateur rejoint son ami scénariste au paradis des humoristes.

    Mais le personnage d'Iznogoud a acquis une notoriété telle qu'il survit à ses créateurs et vivra, animé par d'autres, de nouvelles aventures.

  • « Je veux être calife à la place du calife » , répète inlassablement Iznogoud.



    Cette formule est l'une des trouvailles les plus célèbres de René Goscinny.

    L'expression est d'ailleurs aujourd'hui passée dans le langage courant.

    Iznogoud voit le jour dans « Les vacances du Petit Nicolas » sous la plume de René Goscinny. Un moniteur de colonie raconte en effet aux enfants l'histoire d'un ignoble vizir qui veut prendre la place du calife !
    René Goscinny et le dessinateur Jean Tabary créent en 1962 le personnage d'Iznogoud. Initialement, la série s'intitule « Les aventures du calife Haroun el Poussah » et paraît dans le premier numéro du magazine Record. Mais très vite l'ignoble vizir prend le pas sur le calife et devient le héros titre.


    Le duo signera dix-sept albums.

    En mai 1968, Iznogoud rejoint dans le légendaire magazine Pilote, Astérix et Lucky Luke, les autres personnages de René Goscinny.

    Puis, à partir d'octobre 1974, Iznogoud devient chroniqueur et commente l'actualité dans le Journal du Dimanche.

    Après la disparition de René Goscinny en novembre 1977, Jean Tabary réalise seul les aventures d'Iznogoud.

    En 2011, le dessinateur rejoint son ami scénariste au paradis des humoristes.

    Mais le personnage d'Iznogoud a acquis une notoriété telle qu'il survit à ses créateurs et vivra, animé par d'autres, de nouvelles aventures.

  • « Je veux être calife à la place du calife » , répète inlassablement Iznogoud.



    Cette formule est l'une des trouvailles les plus célèbres de René Goscinny.

    L'expression est d'ailleurs aujourd'hui passée dans le langage courant.

    Iznogoud voit le jour dans « Les vacances du Petit Nicolas » sous la plume de René Goscinny. Un moniteur de colonie raconte en effet aux enfants l'histoire d'un ignoble vizir qui veut prendre la place du calife !
    René Goscinny et le dessinateur Jean Tabary créent en 1962 le personnage d'Iznogoud. Initialement, la série s'intitule « Les aventures du calife Haroun el Poussah » et paraît dans le premier numéro du magazine Record. Mais très vite l'ignoble vizir prend le pas sur le calife et devient le héros titre.


    Le duo signera dix-sept albums.

    En mai 1968, Iznogoud rejoint dans le légendaire magazine Pilote, Astérix et Lucky Luke, les autres personnages de René Goscinny.

    Puis, à partir d'octobre 1974, Iznogoud devient chroniqueur et commente l'actualité dans le Journal du Dimanche.

    Après la disparition de René Goscinny en novembre 1977, Jean Tabary réalise seul les aventures d'Iznogoud.

    En 2011, le dessinateur rejoint son ami scénariste au paradis des humoristes.

    Mais le personnage d'Iznogoud a acquis une notoriété telle qu'il survit à ses créateurs et vivra, animé par d'autres, de nouvelles aventures.

  • « Je veux être calife à la place du calife » , répète inlassablement Iznogoud.



    Cette formule est l'une des trouvailles les plus célèbres de René Goscinny.

    L'expression est d'ailleurs aujourd'hui passée dans le langage courant.

    Iznogoud voit le jour dans « Les vacances du Petit Nicolas » sous la plume de René Goscinny. Un moniteur de colonie raconte en effet aux enfants l'histoire d'un ignoble vizir qui veut prendre la place du calife !
    René Goscinny et le dessinateur Jean Tabary créent en 1962 le personnage d'Iznogoud. Initialement, la série s'intitule « Les aventures du calife Haroun el Poussah » et paraît dans le premier numéro du magazine Record. Mais très vite l'ignoble vizir prend le pas sur le calife et devient le héros titre.


    Le duo signera dix-sept albums.

    En mai 1968, Iznogoud rejoint dans le légendaire magazine Pilote, Astérix et Lucky Luke, les autres personnages de René Goscinny.

    Puis, à partir d'octobre 1974, Iznogoud devient chroniqueur et commente l'actualité dans le Journal du Dimanche.

    Après la disparition de René Goscinny en novembre 1977, Jean Tabary réalise seul les aventures d'Iznogoud.

    En 2011, le dessinateur rejoint son ami scénariste au paradis des humoristes.

    Mais le personnage d'Iznogoud a acquis une notoriété telle qu'il survit à ses créateurs et vivra, animé par d'autres, de nouvelles aventures.

  • « Je veux être calife à la place du calife » , répète inlassablement Iznogoud.



    Cette formule est l'une des trouvailles les plus célèbres de René Goscinny.

    L'expression est d'ailleurs aujourd'hui passée dans le langage courant.

    Iznogoud voit le jour dans « Les vacances du Petit Nicolas » sous la plume de René Goscinny. Un moniteur de colonie raconte en effet aux enfants l'histoire d'un ignoble vizir qui veut prendre la place du calife !
    René Goscinny et le dessinateur Jean Tabary créent en 1962 le personnage d'Iznogoud. Initialement, la série s'intitule « Les aventures du calife Haroun el Poussah » et paraît dans le premier numéro du magazine Record. Mais très vite l'ignoble vizir prend le pas sur le calife et devient le héros titre.


    Le duo signera dix-sept albums.

    En mai 1968, Iznogoud rejoint dans le légendaire magazine Pilote, Astérix et Lucky Luke, les autres personnages de René Goscinny.

    Puis, à partir d'octobre 1974, Iznogoud devient chroniqueur et commente l'actualité dans le Journal du Dimanche.

    Après la disparition de René Goscinny en novembre 1977, Jean Tabary réalise seul les aventures d'Iznogoud.

    En 2011, le dessinateur rejoint son ami scénariste au paradis des humoristes.

    Mais le personnage d'Iznogoud a acquis une notoriété telle qu'il survit à ses créateurs et vivra, animé par d'autres, de nouvelles aventures.

  • « Je veux être calife à la place du calife » , répète inlassablement Iznogoud.



    Cette formule est l'une des trouvailles les plus célèbres de René Goscinny.

    L'expression est d'ailleurs aujourd'hui passée dans le langage courant.

    Iznogoud voit le jour dans « Les vacances du Petit Nicolas » sous la plume de René Goscinny. Un moniteur de colonie raconte en effet aux enfants l'histoire d'un ignoble vizir qui veut prendre la place du calife !
    René Goscinny et le dessinateur Jean Tabary créent en 1962 le personnage d'Iznogoud. Initialement, la série s'intitule « Les aventures du calife Haroun el Poussah » et paraît dans le premier numéro du magazine Record. Mais très vite l'ignoble vizir prend le pas sur le calife et devient le héros titre.


    Le duo signera dix-sept albums.

    En mai 1968, Iznogoud rejoint dans le légendaire magazine Pilote, Astérix et Lucky Luke, les autres personnages de René Goscinny.

    Puis, à partir d'octobre 1974, Iznogoud devient chroniqueur et commente l'actualité dans le Journal du Dimanche.

    Après la disparition de René Goscinny en novembre 1977, Jean Tabary réalise seul les aventures d'Iznogoud.

    En 2011, le dessinateur rejoint son ami scénariste au paradis des humoristes.

    Mais le personnage d'Iznogoud a acquis une notoriété telle qu'il survit à ses créateurs et vivra, animé par d'autres, de nouvelles aventures.

empty