• C'est d'une plume vive et sincère, que Julien Leroy exprime l'accomplissement de ce qui lui paraissait encore hier inimaginable. Des courses sur des dénivelés importants aux franchissements de limites jusqu'alors insoupçonnées, l'auteur se confie sans filtre sur son parcours.

  • L'omnisports n'est ni une alternative au sport de haut niveau, ni une marge du sport et encore moins un modèle d'organisation dépassé. Tout au contraire, le principe de l'omnisports est une composante essentielle du sport et une solution d'avenir. Le maillage des clubs omnisports se trouve d'une part en relation verticale avec les instances nationales (les ministères dont celui de la Jeunesse & Sports, les fédérations unisports), soutenus en cela par leurs propres fédérations multisports, et, d'autre part, en prise directe sur les territoires de proximité en développant de nombreuses initiatives innovantes avec le soutien des collectivités locales. Cependant, les transformations observables dans ce domaine suscitent des inquiétudes, tant certaines ruptures l'emportent sur le dialogue et la concertation. Les clubs universitaires s'interrogent sur le niveau de reconnaissance que leur témoignent les Universités. Selon la FFCO, les clubs omnisports sont une pièce majeure dans l'organisation du sport en France, par delà la spécificité des racines historiques, des itinéraires singuliers et des logiques affinitaires. Au terme des échanges engagés avec la FSGT, la FSCF, l'UFOLEP et l'UNSLL, de fortes convergences se vérifient : sur les projets, les conceptions éducatives, les actions conduites, la diversité des publics, les valeurs à porter. Ce 30ème volume des Cahiers de l'Université Sportive d'Été en prend acte. Sans l'omnisports, modèle plus que centenaire et jalonné jusqu'à aujourd'hui d'innovations et de métamorphoses heureuses, qui pourra soutenir que le sport en France a un avenir pleinement assuré ?

  • Du sport sans artifice au sport bionique... Amélioration ou condamnation ? Le sport est aujourd'hui visité par les techniques d'amélioration des capacités humaines. Celles-ci permettent d'accroître ou de restaurer efficacement les capacités de l'être humain. Des innovations spectaculaires sont enregistrées dans des secteurs comme les nanotechnologies, les biotechnologies, les sciences cognitives, l'informatique, etc. Leur introduction dans le domaine du sport, du haut niveau à la pratique de masse ou de loisir, chez les athlètes valides ou handicapés, perturbe souvent les certitudes et suscite prises de position, interrogations et inquiétudes. D'un côté amélioration dans l'accompagnement des sportifs d'excellence ou libération des sportifs handicapés, de l'autre condamnation de la culture sportive séculaire et aliénation progressive des sportifs ? Relativisme des normes et des valeurs du sport face aux avancées technologiques ? Progrès ou régression dans la quête humaniste ? Autant de questions qui méritent d'être abordées et traitées. D'ailleurs, à ce jour, existe-t-il des instances régulatrices suffisamment armées pour appréhender ces problèmes ? La 31ème Université Sportive d'Été a été accueillie à Montpellier, dans un lieu prestigieux et de circonstance : Pierresvives, au sein de la « Cité des savoirs et du Sport pour tous », du 4 au 6 septembre 2013, avec le soutien du Montpellier Université Club. Organisée par l'UNCU et l'UJSF, elle s'est attelée à la tâche en donnant la parole à une quinzaine de personnalités issues de la recherche universitaire, fondamentale ou appliquée, des sciences de l'homme et de la société, du journalisme, des sciences et des techniques de l'ingénieur, du sport et de l'éducation, faisant face à un public des plus motivés.

  • Après avoir relevé tous les challenges, l'athlète invaincu cours un jour moins bien, moins vite. Le corps aux abois, il s'avoue vaincu : mais est-ce vraiment la fin ? Après le succès de son premier récit, Dominique Simoncini change de registre mais conserve son mental de sportif.

  • C'est dans une perspective de décloisonnement « vertical » et « horizontal » des recherches et des expériences que s'est placé résolument ce colloque européen organisé par la Faculté des Sciences du Sport et de l'Éducation Physique à l'Université Victor Segalen Bordeaux 2, avec le patronage du Ministère de l'Éducation nationale, de la Recherche et de la Technologie, du Ministère de la Jeunesse et des Sports, du CNOSF et le soutien des collectivités territoriales. Cet ouvrage rend compte des 44 interventions qui ont analysé les risques de déstructuration des modèles nationaux d'organisation du sport de haut niveau et/ou professionnel notamment en France et dans le contexte de la décentralisation. L'hypothétique régulation par les États des initiatives et des stratégies des clubs et des collectivités territoriales, les recompositions en cours dans le domaine des relations Europe-État-Régions-Eurorégions en matière sportive, et les coordinations à inventer aux échelons infrarégionaux articulent les communications. Autant de thèmes qui posent tout à la fois les questions cruciales de la spécificité de l'activité sportive, de la contribution du sport à l'identité des territoires, des synergies et des innovations à réaliser pour former l'ensemble des acteurs du sport. Ceci rend donc impératif le développement des recherches en région et sur la région.

empty