• Behind The Eyes We Meet is a larger-than-life story that comes in three packages. A lighthearted opening flirts with chick lit before giving way to grim tales of a Russian P.O.W. camp on World War II's Eastern Front, concluding with a fresh, philosophical perspective on life.

    Verreault uses long-lost family letters, poetry, screenwriting techniques, and more to explore a fascination for Italy, history, and humanity at large in this powerful first novel.

    This is a lively and intelligent exploration of intertwined destinies and, as hinted at by the choice of title, a realization that we shouldn't judge a stranger until we've walked a mile in their shoes.

  • Le numéro printanier de XYZ se déploie sous le thème "Je préférerais ne pas", traduction maladroite du I would prefer not to de Bartleby le scribe dans la nouvelle éponyme d'Herman Melville (1853). L'expression signifie aujourd'hui la résistance passive, le haussement d'épaules inquiétant. D'un usage policier (Marie-Pier Lafontaine) à son pur détournement (Jean-Michel Fortier), les usages du thème sont inventifs. D'un ton érudit (Patrice Lessard) ou faussement scientifique (Daniel Grenier), taillé dans l'évocation poétique (Louis Carmain) ou dans le langage du quotidien (Mélissa Verreault), les nouvelles réinterprètent à leur manière l'art de la fuite : on esquive (Caroline Guindon) et on refoule (Annie Perreault). La revue présente également la première édition de son concours de traduction, en collaboration avec le Centre Figura sur le texte et l'imaginaire. Marie-Pier Labbé remporte les honneurs pour sa traduction de Jill Sexsmith, « Marcher sur une craque ». En thème libre, lisez une saga familiale (David Clerson), un monologue dense et morbide (Julien Farout) et une traduction de Douglas Smith (Mélina Lau). (source : XYZ. La revue de la nouvelle)

empty