Littérature générale

  • Histoire d'une passion hors du commun, ce roman est aussi un ardent plaidoyer pour un pays martyr, le Viêt Nam, qui a marqué des générations de Français et tente aujourd'hui de renaître de ses cendres.

  • La catastrophe

    Michel Tauriac

    • Scitep
    • 1 Décembre 2020

    En cette fin de XIXe siècle, Saint-Pierre est une ville lettrée au commerce florissant et à la vie mondaine trépidante. La fine fleur intellectuelle de la Martinique s'épanouit dans des joutes sans fin relayées par une presse à la plume acérée et féroce. La haine raciale divise, les amours aussi.
    Dans ce « petit Paris des Antilles », les différentes strates de la société se côtoient, s'opposent et s'affrontent.
    Dans ce contexte, les lueurs qui ensanglantent le ciel et les sursauts qui agitent la terre intriguent et inquiètent, sans pour autant prendre le pas sur des querelles politiques exacerbées par l'imminence du scrutin le plus bipolarisé de la Troisième république.
    Une famille de planteurs blancs, un député mulâtre ambitieux ainsi qu'une foule de personnages, réels pour la plupart, s'acheminent vers un destin qu'ils n'imaginent pas : le 8 mai 1902, la montagne Pelée explose, effaçant le temps d'un souffle la ville et 30 000 de ses habitants. Cette tragédie, qui consternera le monde entier, marquera l'histoire au même titre que la destruction de Pompéi en l'an 79.

  • L'aspirant de cavalerie Gérard Mangin part occuper l'Allemagne défaite, au lendemain de la guerre. Il s'y éprend de Freia, une jeune Allemande. Elle vit au coeur de la vallée rhénane, le berceau des dieux germaniques. Le père de cette Lorelei, ancien hitlérien et fou de Wagner, est hostile à leur passion. Gérard et Freia se rencontrent clandestinement. Ils se retrouvent la nuit. Ils s'étreignent dans les gares. Comment s'aimer quand on a contre soi la haine de deux peuples ? Avant de connaître Freia, Mangin s'est porté volontaire pour l'Indochine. Un train l'emporte loin des bords du Rhin. Trois ans plus tard, sur le chemin du retour vers l'Occident, il monte dans la Rafale, un convoi ferroviaire spécial qui traverse le Viêt Nam en feu. Le trajet, coupé d'embuscades, ravive ses souvenirs. La cadence des roues sur les rails, les leitmotivs de L'Or du Rhin, permettent aussi à Michel Tauriac d'orchestrer subtilement les thèmes de l'amour et de la guerre.

  • Un jour de 1968, en Louisiane, le célèbre avocat acadien Bob Carencro s'écrie : Il faut sauver la langue de nos ancêtres si nous ne voulons pas perdre notre âme. Et le vieux lutteur part en croisade pour restaurer le français. La bataille sera rude, car les détracteurs sont nombreux dans son petit État américain. Pourquoi ressusciter cette langue morte ? s'étonne sa propre petite-fille. Promise à un riche Texan, la blonde Évangéline porte pourtant le nom d'une héroïne de légende, aussi connue en Louisiane qu'Yseult ou Juliette. Grâce à un jeune cinéaste parisien, Pierre Perrin, venu prêter main forte au Don Quichotte des bayous, la jeune fille va redécouvrir, avec la force irrésistible de la passion amoureuse, le patriotisme de ses ancêtres dispersés, au XVIIIe siècle, par les maudits Anglais. Mais le Mississippi, rendu furieux par une crue exceptionnelle, menace de tout engloutir... Inspiré par des faits réels, Évangéline est, à travers l'histoire éternelle de deux amants au destin divergent, un hymne à la gloire de la langue française en péril.

  • Huit hommes sont à peine sortis de l'adolescence pour tomber dans le trou noir de la guerre. Qui les y a poussés ? Pourquoi sont-ils partis en Indochine ? Chagrins d'amour, soif d'aventure, patriotisme ? Devant les yeux tristes et attentifs du narrateur qui gardera l'anonymat jusqu'à la dernière page (n'est-il pas ce passant que vous venez justement de croiser ?), leur vrai visage émerge, l'un après l'autre, d'une nuit perfide qu'une violente attaque du Vietminh achèvera dans le sang. Pour la première fois, sans doute, la guerre d'Indochine est l'occasion d'un livre qui soit autre chose qu'un témoignage ou qu'un récit. Pour la première fois, elle devient « littérature » comme la guerre d'Espagne était devenue « littérature » avec l'Espoir. Il n'en est pas moins vrai que dans ce livre tout est l'expression fidèle de la vérité et que seul pouvait l'écrire (comme pouvait écrire l'Espoir) un soldat. Il y avait longtemps que la fraternité des combats n'avait été évoquée avec la simplicité et la force que l'on admire dans Le Trou. C'est le cri de désespoir de sa génération que fait entendre Michel Tauriac des profondeurs du trou où elle est enterrée.

  • Y a-t-il une femme au monde qui puisse autant personnifier son pays que Jade, la Vietnamienne, la fille du vénérable To Van Hùng ? Mystère, fascination, grâce au Viêt Nam incarné. Le narrateur - un journaliste français - la découvre à son arrivée à Saïgon, et tout de suite la magie s'accomplit. Il devient la proie de ses sortilèges. Le dégoût qu'il a de cette terre livrée à la violence se transforme en passion. Ce pays l'envoûte comme il a envoûté des générations de Français. Comme il a envoûté Gilles Lemaître, son aîné et son rival qui l'aide lui aussi à traverser ce rideau de feu et de sang pour s'enfoncer dans un autre Viêt Nam, celui des génies, des dragons, des phénix. Il a conquis Jade après une longue bataille, et le Viêt Nam l'a conquis. Mais la guerre est là, plus proche, soudain. Et le danger. Comment Jade peut-elle refuser de comprendre que son pouvoir magique a des limites, et qu'il lui faut quitter son pays pour survivre, monter dans cet hélicoptère où son ami veut la pousser un certain soir d'avril, sur un toit de Saigon ? Avec Jade, pour la première fois, l'amour est au Viêt Nam plus fort que la guerre et la mort. L'amour exalté pour une femme et un pays hors du commun. Une histoire sensuelle que le merveilleux dispute continuellement à la vérité crue, et que Michel Tauriac nous conte dans un style flamboyant d'images et de poésie.

empty