• Un représentant en lingerie fine qui termine dans une armoire à glace, un jeune punk amoureux échoué au fond de la Meuse, l'avènement d'un despote dans un potager urbain...
    Neuf voix. Neuf histoires presque ordinaires et dérangeantes qui se referment comme une porte qui claque. On se débat, on chante, on rit. Parce que l'humour est le dernier espoir que l'on perd. Jaune. Noir. Rouge aussi parfois. On est bien obligé de rendre certains coups.

  • Poissons volants

    François Filleul

    Le soir du réveillon, plusieurs familles sont exécutées...
    Réveillon du Nouvel an 2016. Dans la ville de La Línea, aux confins de l'Andalousie, face au détroit de Gibraltar, où prospèrent les trafics en tout genre, plusieurs familles sont exécutées quelques secondes avant minuit.
    Alors que grouillent les rats et s'échouent les baleines, l'inspecteur-chef Nicolás Fulgor Durán mène l'enquête sous une étrange canicule hivernale. Il croise sur sa route migrants, dirigeants locaux, travailleurs en crise et des poissons volants, égarés par le réchauffement climatique.
    Laissez-vous surprendre par une enquête policière haletante et découvrez les dessous cachés d'une Espagne en pleine crise politique, économique, migratoire et climatique.
    EXTRAIT
    - Et tu peux me dire ce qu'on fout ici ? demanda Fulgor.
    La voiture venait de dépasser l'agglomération de Chullera. Vitres baissées, ils longeaient la mer. L'air qui s'engouffrait donnait une sensation de fraîcheur inespérée. Après la ­station-service, ils prirent le rond-point, firent demi-tour, revinrent sur leurs pas jusqu'au supermarché et quittèrent la voie principale. Ils montaient vers des lotissements de gamme moyenne supérieure.
    - Manilva, ce n'est pas notre zone, poursuivit-il. C'est dans la province de Málaga. C'est le commissariat ­d'Estepona qui devrait s'en occuper.
    - La moitié de leurs agents sont en grève depuis trois semaines pour protester contre les retards de paiement des salaires. Sur l'autre moitié, certains sont en congé vu la période. Les autres sont débordés. Et puis, à vol d'oiseau, on est plus près.
    - Donc, on se colle leurs merdes. Sympa. Tu sais au moins de quoi il s'agit ?
    Battista prit son temps. Il laissa la question glisser et derrière elle, le silence se rétama. Il savourait déjà le raz-de­-marée d'émotions que sa réponse provoquerait.
    - La routine : sept morts dont deux enfants et un bébé.
    - Quoi ? Fulgor Durán gueula si fort que son adjoint, pourtant prévenu, donna un coup de volant qui leur fit frôler une statue posée au milieu de la route, sorte de monument au touriste flanqué sur une berme. On se tape leurs putains de carnages ?
    - Il y a aussi deux survivants, un Belge et sa fille de trois ans.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    François Filleul a 44 ans. Après avoir vécu plusieurs années en Espagne, il s'installe à Bruxelles où il travaille. Il enseigne le français comme langue étrangère dans l'enseignement de promotion sociale.

empty